Vie

Les pièces du puzzle sont les pattes d’un gecko immobile
elles s’agrippent à la vie comme à la paroi d’une feuille lisse

des deltas de rivières
des méandres de mers
des mangroves hallucinées

tellement  de bribes

la nuit le rêve essaye de renouer les lambeaux
comme si le temps ne tenait qu’à un fil

décomposée de multiples fois
à l’infini
partie 
d’un dédale démesuré


Je suis un mur évanoui

me reconstruire revient à recréer mon éboulement

je m’effondre quotidiennement

peu importe puisque

une fourmi toujours porte un grain de moi-même

au nid mille fois né 

Source images: ici

Mésange

be8fea0100a8c0021fa4147b25abe19e

Close up butterfly wings——- source image

 

Dans l’encadrement de la fenêtre
le rosier dessine les diagonales
et le vent les efface
surgit dans mon champ de vision
le papillon jaune et bleu qui hier
butinait sans relâche mon espoir
mais non ce qui s’envole sans soucis
est une mésange et sa parole
comme une chanson qu’on plante
dans le ciel pour ne plus avoir
rien à oublier

Cartographe

tumblr_okmg47d9za1v6jft8o4_1280

J’avais dressé la carte d’un pays qui n’était pas le mien afin de rechercher le chemin qui me conduirait ailleurs.

Le détail avait une place et le détail du détail avait la possibilité de demeurer comme on habite un miroir.

Forêts et bosquets se signifiaient par la présence de couleurs galopant du noir au brun très sombre.

Les nuages violets parlaient un langage minéral et les rivières paisiblement passaient en cessant d’avoir à être des frontières.

Les verts ne désignaient rien.

Sur ma carte, il y avait plein d’endroits en devenir.

De lieux où les songes se prolongent.

De lieux où le rêve s’incruste et déploie ses chevelures.

Même l’ombilic du coquillage s’apercevait sur la carte.
Comprenant que mon dessin serait utilisé pour exclure certains, je lui ai ajouté l’œil d’un cyclone et quelques dépressions bien froides.

Peu à peu, la carte a rassemblé assez de force pour paraître  représenter un pays improbable au quel personne ne croît.

C’est là pourtant sous la brume,

sous l’épaisse couche de laves que je me cache et continue à chercher un chemin

que parfois je croise ton regard.


Image ©Bertrand Els

Antre

15875432_359418551102182_6176054266455731068_o

Cave- Bertrand Els

©Bertand Els

Mémoire minérale assemble
heures et journées
en faisant d’elles coulées de laves
ruissellements d’étoffes chaudes et froides
objet improbable optant pour la fluidité du feu
et la brûlure sèche de la faille
écriture folle à lier déliant les langues ancestrales
celles qui ne parlent jamais de la nuit en la dénonçant
toujours ma solitude enrayée divague
au plus profond d’elle le rêve et
ce qu’il reste d’éclats aux miroirs noirs
la transcription brisée hallucinée de
l’écho diffus
un enchevêtrement cosmique
se propage à la manière des vagues et des naissances
chaotiques

Painting

English garden——– Carlos San Millan– Ecuador

S’apparentent aux néants, les éclats d’algues venus se coller aux fenêtres de la maison.

Ils s’accumulent en lits épais et doux sur les plaies des rochers, dans les gorges de galets des calanques, en retrait.
Une colère se résume à l’écume, au goût salé sur mes lèvres de larmes que j’aimerais cacher tant elles me rendent laide.
Se noue au néant chaque mot avant sa naissance.
Comment toi, mon enfant, pourrais-tu comprendre que la raison fait de la vie une farce?

Il lui faut une folie pour éternellement l’incendier, la réalité.

Enclos

Portail Cluny

Je feuillette la ville comme un livre d’images.

Aux fenêtres,  je cherche des visages,

quand soudain ta main comme le songe d’une rose médiévale

se pose sur la branche d’un arbre

dont les fleurs sont blanches

et dont les feuilles mangent tendrement le temps.

Dans le jardin rougeoyant du musée de Cluny

naissent des choses qu’on appelle sentiments.

Je te vois, je te sens, tu me touches et je sais,

je suis une licorne et ce qui nous lie

ne porte que les noms que toi et moi

lui donnons.