Brutalités

ac8a2ebe355dd6fd3e2bb06397f2b395
ART BRUT / collection ABCD :: STOFFERS harald

J’aimerais que mes phrases ne parlent pas
la même langue que moi
qui boite et trébuche à chaque pas
j’aimerais qu’elles soient
autrement que de simples lettres alignées
ces mots dont on a épinglé les ailes
par peur qu’ils dénoncent l’aspect
véritable de nos maigres rêves
j’aimerais que mes phrases ne soient pas les objets
d’une nature morte
qu’un éclat de bougie encore fasse trembler leurs corps
j’aimerais accompagner le silence quand il entre
dans la forêt d’eucalyptus et leur demande d’exalter
l’obscurité

ainsi peut-être serais-je
protégé
des maux


Source image: abcd art brut

Mésange

be8fea0100a8c0021fa4147b25abe19e
Close up butterfly wings——- source image

 

Dans l’encadrement de la fenêtre
le rosier dessine les diagonales
et le vent les efface
surgit dans mon champ de vision
le papillon jaune et bleu qui hier
butinait sans relâche mon espoir
mais non ce qui s’envole sans soucis
est une mésange et sa parole
comme une chanson qu’on plante
dans le ciel pour ne plus avoir
rien à oublier

En Trop

e00e1ddbf4bd08f151919b6e568eaa0f
by Jaime Corum

Quand je ferme les yeux je te vois
m’encercler de tes galops doux
rythmant au travers de tes pas
toutes mes hésitations et les tremblements
incertains de ma voix

Alors je ne ferme plus les yeux et je crois
qu’ainsi je pourrais échapper au passé
celui qui m’avait défait de moi et
t’ avait rendu presque muet

Alors je ne ferme plus les yeux
que pour te regarder
conquis par la liberté d’être
ou de te dissimuler sans accorder
la moindre chance à la violence

Quand je ferme les yeux je me vois
tel que j’aurais dû être au galop
si tu n’avais pas été qu’un rêve
dénoncé comme un maladie
de trop


Source image

La Dame à la Licorne

Enregistrer

Chants

eff248ec9e1b9af9fb9a63bda19f4a38
altered book by Sarah Morpeth.

Plus grand qu’un corbeau
c’est du moins un croassement aussi gros
qui laisse songer que l’envergure et la taille du bec
ressemblent à celles d’un hideux caverneux aux yeux qui pétillent de haine

mais le vent nous rappelle le poids de la feuille
la forme de son corps frêle
et sa chevelure de nervures presque solaires
ne pèsent rien ni les syllabes et les voiles d’un blanc polaire qui les baignent
afin qu’elles sonnent inaltérées

serais-je cette virgule de plumes irisées
qui pour paraître invincible signe
des chants qui grincent et ne tiennent nullement compte
de la réalité?

Abstraction

Ce serait comme une tache d’encre noire dont le corps souple et brillant soudain s’étire, bâille, montre ses griffes et se rendort. Tombant de la table, elle ferait le même bruit que le froufroutement des ailes de l’oiseau que le printemps assomme d’azur. Ensuite il ne resterait que le bruit du silence et la supposition que quelques pas ont permis à une ombre son évaporation complète.

Ce serait comme le balancement de l’astre entre les nuages, nausée de la lumière, tempête des sens. Ce serait comme le vain cliquetis de la pluie sur la vitre, tout ce qu’elle prétend ne me fera pas ouvrir la fenêtre.

Ce serait comme si plus rien n’empêcherait le mauvais temps de se substituer aux secondes que je consacre à le regarder.

Ce serait comme si sous le velours verdoyant des mousses et lichens se cachait mon cœur, bulbe minuscule. Ce serait comme si je n’avais plus de racines. Que sont devenues mes artères?


images: Bertrand Vanden Elsacker  

Territoires

tumblr_ntl6ugwAQG1rvcmm7o1_1280
Secret Skeleton Image from work by Guisheng Zhong and colleagues Harvard University, USA Originally published under a Creative Commons Licence (BY 4.0) Research published in eLife, December 2014

il pleut
des étoiles
car chaque goutte
étincelle
et parle
et ce n’est pas l’ensemble du ciel
qui pleure
ce n’est juste
qu’un tout petit endroit
là où les perles
se trouvent à l’étroit
dans le noir démesurément
froid
il pleut
mon rêve
éparpille
les mots
intersections du souvenir
s’agrippe
malgré moi
l’araignée qui règne
sur mes territoires
afin qu’il ne reste
au cœur comme le nombril
d’une tornade
plus que
l’oubli viscéral

Volute

Voluta, Mia Pearlman, 2009
Voluta, Mia Pearlman, 2009

Dans ce jardin

la nue est rouge afin

que les fleurs puissent n’être

que blanches

les feuilles décliner les nuances

du vert de l’or de l’argent

º

ta paume suit l’onde que propagent

les mouvements de l’étoffe qui embrasse

ton corps

aucune ombre ne souligne les traits de

ton visage

ta bouche ton regard ne laissent voir

que ce que la pudeur ne cache pas

et qui existe en toi comme le reflet d’un miroir

º

le vent a poussé la porte du portail

et entre

la feuille d’acanthe sans chlorophylle

ne croit pas à la mort

puisqu’elle rassemble les pâleurs de

ta peau

º

ma robe dont les soies ressemblent à des plumes métalliques

côtoie les brumes et les nuages

qui se posent sur les roses

à l’aube

les pommes tombées de l’arbre

effleurent mes jambes et le bas de mon ventre

de leurs cendres

º

chacun de mes pas est confié à ton silence

aucun cri n’éventre le ciel au goût d’iode

aucun croassement ne meurtrit la poitrine

de porcelaine blanche

des oiseaux qui traversent ta voix

quand elle chante et me parle

de l’intelligence

º

dans ce jardin les animaux sont au même titre que la vie végétale

libres d’aménager le temps de flammes de brocart et de poèmes

inextinguibles

les arbres sont les cerfs-volants veloutés

d’une île qu’on nomme des mêmes noms que les bleus de la nuit

dans ce jardin mille fleurs éblouissent à merveille

les six pans de mon âme

Las

Wire
Wire

Entre les mailles bien ajustées des secondes, des heures, des jours, semaines et années, ma vie ne peut serpenter. Chaque parole comporte l’aspérité, l’épine tendue comme une épée. Chacun des sons se termine en plantant la pointe d’un poignard au centre l’ombre que devrait être mon premier pas. Alors, je n’avance pas. Je reste là, comme une plante mes désirs colonisent le temps de leurs branches. Le moindre souffle les fait dévier de leur course. Échanger des idées en silence serait comme échanger de la lumière, de la pluie pour un tout petit bourgeon. Mais non, il est toujours un homme pour vous parler fort de la morale, de votre ignorance et de la force qu’il mettra à vous inculquer la vérité. Il est toujours quelqu’un qui se met à discuter de vos songes sans que vous ne l’ayez demandé. Il agira pour votre bien.

Dans le jardin, la sittelle papillonne, les pas de la tortue font grésiller les feuilles mortes, les aiguilles sèches des pins. Des sifflements remplissent le ciel de rayons de soleil. Et là, sans que je sache pourquoi, comme un regret, mon coeur dépose des larmes. Fini de se battre?

Forêt

blue dendrites
blue dendrites ——————————————source image

Une forêt de songes est en marche. Les feuilles des arbres en frissonnant n’écartent pas l’idée qu’elles pourraient n’être que les cris d’un animal sauvage. Sur les troncs ses griffes ont laissé des traces. Les arbres marchent sans laisser voir leurs rides et les blessures suintantes.

Dans les sous-bois, les ronces suscitent de fulgurants incendies d’ombres. La forêt s’avance jusqu’à ce qu’elle rencontre une clairière pour s’abreuver de lumière et soudain se reconnaître une frontière. La limite est un trait limpide. La forêt prend corps. Voilà qu’il n’est désormais plus possible de se tromper. Entre les branches, l’araignée a tissé sa toile immense. Les cheveux invisibles d’une créature étrange portent le nom d’une folie alors que toi tu sais qu’un songe cherche simplement à se nourrir.

Je suis dans ce lit d’hôpital comme dans une coquille dont je ne pourrai plus jamais sortir. Sur la souffrance, tous font peser des remords. Leurs paroles grinçantes sont autant de pierres que l’on me lance! Je suis allongé sur un lit malade qui ressemble à ces sables mouvants qui ne mangent que les efforts que l’on fait pour se libérer. A côté de ce lieu désolé qu’est devenu mon corps, mon rêve part à la rencontre de l’existence. Les plantes, créatures intelligentes ont toutes trouvé le moyen de se supplanter.