Oiseau de nuit

image via © Nick Brandt 2013 Courtesy of Hasted Kraeutler Gallery, NY

Toujours j’espère te reconnaitre

quand je m’approche de ta nuit

mais toi tu préfères pour l’instant que je pense

que tu n’existes pas et que tu ne niches pas

là 

où les sommets te plongent dans le silence et les ombres

Si j’entends le bruit d’une aile

ce ne sera pas la tienne mais celle de la sittelle qui niche tout en haut de l’échelle

si je vois quelques bûches trembler je sais que derrière elles se cache le tout petit animal qui semble aussi faire partie de ton menu quand tu te réveilles et voles et survoles

Toujours j’attends la peur au ventre

l’instant où je te surprendrai dans ton sommeil 

et que tes deux soleils s’ouvriront pour sonder s’il est temps

que je dorme un peu plus longtemps

Petite planète

 

chicks-829972_960_720.jpg

source image


Dans le nid le bruit léger d’une demie plume

au ciel azuré la lune est un dé

un oisillon dont l’oeil est encore une planète aveugle

ouvre un large bec

du jour les heures l’ont fait naître

avec une application ailée 

multipliée par deux fois deux

vols stationnaires

plongées vertigineuses

ont été exercés dans le but

unique  de protéger

l’oeuf —peut-être deux de plus—

valeur zéro de la vie

dont nul ne discute plus jamais

l’importance

Tableaux

31efcc9ed23abba927d61c496a33cfc9

Juan Miró, Personage. Source image: ici

Comme dans un tableau bleu de Miró

la planète noire du cri de l’oiseau

ponctue l’espace du jardin

*

parfois le temps est sans importance

je n’ai plus conscience de son

impermanence

je sais que je reste indéfiniment

prisonnier des mots que je connais

ceux qui frappent à la porte et que je ne connais pas encore

sont

comme s’ils ne portaient aucun réconfort. 

 

Empreinte

f31ee6de76366c0498cc7352e5bd2d20

Zheng Xie (Zheng Banqiao) Qing Dynasty 1693-1765

Soupir. Un petit mot jeté au fond de moi comme un caillou dans un puit.

Une gorgée d’encre et de silence

Une poignée de hululements lents élue

La nuit, le vent déplace les gros rochers de la colline, marche à pas de géant, avec une chevelure de vagues en colère.

Le jour, la colline me regarde depuis l’endroit qu’elle occupe depuis toujours. Pas la moindre empreinte de pas. Juste un ruissellement anodin de lumière sur les rochers.

Des larmes qui ne ressemblent pas au chagrin.

Cyclone

@hardcorepunkbf

 

Un fantôme s’est incrusté sur la pierre tombale, un fantôme minuscule circule sur le socle massif d’un monument. Un nuage tourbillonne, annonce une vague de froid, dénonce la visite possible d’une tempête plus effroyable.

Existe-t-il quelque chose de plus glaçant que l’ignorance, l’oubli et toutes les dispositions prises afin que ta solitude jamais ne puisse occuper la place qui lui revient? La place de ton ombre, la place de l’indécision. La place d’un contour et de toutes ces phrases éructées par une feuille morte.

S’installent de rangées en rangées, les corps bien définis de théories absurdes qui toutes ont pour but de contourner les questions, de les embobiner, de les momifier.

Que les âmes s’envolent, il n’en a jamais été question. Même la mort est une définition rancie. Que ce fantôme est las! Qu’il est laid!

Sa couverture est pourtant taillée dans la même étoffe laiteuse que celle qui sert aux nuages quand ils voyagent. Pas un linceul, seul un voile d’araignée qui s’envole. Un fil qui survole les fleuves, les traverse, les croises entre eux.

Un fantôme a bu à toutes les fontaines qui gloussent, un fantôme s’est fait manger mille fois par la mouette rieuse qui brode l’écume. Un fantôme fiente du temps. Perdu. Deviendrait-il un cyclone si quelqu’un touillait dans son coeur comme dans une soupe? Si quelqu’un rentrait dans son corps à l’haleine de dragon. Si quelqu’un se servait de son oeil de cyclope pour scruter les alentours?

Bractées

22580839_365743127172978_580089552991944704_nComme une feuille immaculée que l’on froisse sans avoir rien pu transcrire, la lumière chiffonne l’obscurité et la transforme.

22580942_1996214707289318_6273160912492822528_n_002
Les alternances obtuses me font vaciller. Mes pensées se troublent, se mélangent et se murmurent l’une à l’autre que ce qui se situe au cœur de la cendre, à côté des mots éteints se prépare à un nouvel embrasement. J’ai peur.

22581921_355774171531319_5413429208544182272_n
Je sens que dansent des silhouettes et des masques à la place des vrais visages.
Je suppose que je devrais m’effondrer. Je suppose que la peur devrait me ruiner mais je suis habitué aux spectacles de spectres plus réels que la réalité elle-même.

22581924_2063902043838498_4352436024299749376_n

Je suis entrainé à me faufiler parmi les fantômes, à me rafraichir sous les feuilles, à n’être rien.

22582056_1645950535468267_7749730403539222528_n
Je ne parle à personne et cette unique personne ressemble à la feuille blanche qu’illumine une sève pure prélevée directement et sans lourdes questions à l’aube. Un phénomène que je n’essaye même pas de comprendre et de m’approprier en inventant que c’est moi qui l’ai créé. Je ne crée rien, je ne décrie rien.

22582193_1913582775546838_4298338321341349888_n
En regardant les éclats comme des pétales de verre, comme des lames de souvenirs brisés, on pourrait presque parler de bractée en papier, de lanterne qui n’éclaire qu’une seule et infime fleur réduite à la plus simple expression de pistil. Écrire suspendu à un fil, celui de la lecture contemplative.
On pourrait se demander ce que signifie cette brindille qui se penche vers le ciel alternant sans cesse sa tendre trajectoire. On pourrait se demander ce qu’agrippent ces épines mais personne ne le fait.

22637103_932366226915677_570396636438593536_n
Se glissent entre mes lignes de lectures, une anguille qui transforme les mots de ma langue.. En fait des écailles. Parfois elle rajoute une lettre, l’inverse et me bouleverse.

Elle coupe le souffle des phrases.

L’anguille est presque aveugle, elle ne sait pas ce que sont les syllabes, elle le sent. On dit et redit que cela ne suffit pas. Pour elle et pour moi, les mots ne sont pas des paroles. Les mots ne sont pas les bruits qu’on arrache au silence mais les bris que l’on vole à la lumière.


Source images: hardcorepunkbf

 

Ce matin

anna-marinenko-nature-sound-waves-designboom-06

©Anna Marinenko =====Source image: ici

 

Sur le rocher la tache jaune
de la gorge d’un oiseau
Au-delà le bleu méditerranéen
bientôt me submerge
je me souviens
ruissellements et pépiements
sont les voix du temps

Univers

P9230568.JPGJe décide que je suis semblable à ces particules en suspension dans la lumière qui mange l’eau des vagues
je flotte et je préserve un équilibre improbable/   J’avance ou je stagne/
D’instinct je sais qu’il me vaut mieux rester dans l’angle mort
cette partie de l’espace que les prédateurs ignorent parce qu’il est si petit
derrière eux et qu’il exige l’audace et l’habileté d’un rapprochement/
je partage avec les algues la caresse d’une vague/
je bois le bouillonnement de l’eau et respire sa lueur froide/
un ruisseau rassemble son troupeau et fuit effleure un rocher
qui ronfle et lui fait peur /
se dresse comme un pelage un paysage de mousses et d’infime corail /
j’oublie de mesurer le temps cet immense diamant indomptable/
finalement échouer
rejeté comme un mot inacceptable
sur les lèvres d’une vague
fait presqu’aussi mal que naître de rien

Moteur

instabert

Instagram bertelsac

Ce matin, je me suis levé presque serein. Puis peu à peu, mon esprit a repris l’ouvrage qu’il avait commencé la veille. Un ensemble de points et de lignes qui en vient presque à représenter quelque chose. Le nœud d’un mouchoir afin qu’il n’oublie pas les larmes puisqu’un jour forcément elles sèchent, s’évaporent, disparaissent. Le canevas rigoureux sur lequel se brode la vie. La toile fantastique d’une épeire portant sur son minuscule corps les rayures du tigre.
Je suis sorti avec en bandoulière un vieux sac contenant les seuls objets qui m’importent. Mon appareil photo, un carnet, un mouchoir, un stylo. Puisque dit-on la vie n’est qu’un jeu, une partie d’échec dont les règles m’échappent, à la place des cases qui disent: « oui » et de celles qui disent: « non », j’ai mis les photographies de mon quartier. Une voiture dont seuls les reflets sur sa carrosserie m’importent, une plante qui s’échappe des pots où on la cultive en faisant de toutes petites fleurs violettes, une poubelle et plein d’autres remplies de déchets qui attendent qu’on les évacue, une bordure végétale presque taillée sur mesure. Un homme, une femme, un enfant qui passent et que j’ai cadrés jusqu’à la taille.
Je me demande ce que ferait le commun des mortels si le damier habituel était remplacé par celui que je tente de construire et où chaque case se dérobe sans jamais rien lui annoncer des deux situations claires qu’il connaît. Serait-il aussi dérouté que je le suis face aux ombres noires et aux faits si blancs qu’ils en deviennent intransigeants? Si à la place du « oui » consenti du bout des lèvres et du « non » sans condition, il n’obtiendrait jamais de réponse?
Peut-être. Peut-être pas. Quelle différence entre ces deux manières d’être dont le pouvoir certain, la probabilité vague vous échappent? Peut-être vaut-il mieux que j’arrête de me poser ce genre de questions si je ne veux pas que mon esprit à nouveau dérape.
Je me suis assis sur un banc dans le parc, l’esprit très peu serein, le corps crispé et j’ai regardé les arbres balancer leur frondaison, le ciel répandre sa chevelure de nuages et d’étoiles, les gens passer et disparaître en suivant le même rythme binaire. Rien de tout cela ne me paraissait ennuyant excepté le fait que je sois là immobile, incapable de me tenir autrement qu’entre deux cases.
Après un certain temps, un gars est venu s’asseoir à côté de moi. Il riait fort et d’une manière presque incontrôlable chaque fois qu’il entendait au loin une moto fendre l’air à toute vitesse. Son rire et le bruit du moteur de l’engin se fracassaient au même endroit de l’espace. Il m’a dit qu’il attendait la même chose que moi sans très bien savoir quoi au juste et que probablement autour de lui, le monde disait qu’il lui manquait une case.