Effacements

Le vent ne porte pas en lui que les nuages
il porte aussi
le miaulement furtif d’un jeune enfant
l’appel langoureux d’un oiseau
l’écho d’une source qui scintille dans les aiguilles d’un pin
le frisson de la fleur
qui vient de perdre son dernier pétale
et il porte aussi l’effacement meurtrier de tous les bruissements de mon âme
Demain seras-tu celui qui ne se souvient plus de rien?

Lys

source image 

En cet endroit du monde

on a coupé le bras de la rivière

parce qu’il perdait son temps à vouloir abreuver les terres

à rassembler d’improbables troupeaux de cendre il négociait avec les nuages un silence

Depuis l’eau croupit l’eau sombre dans la lenteur

Depuis plus rien n’emporte les fleurs le cordon ombilical des nénuphars

n’est plus rompu

La vase est un épais velours noir lourd et doux 

En cet endroit du monde est une source froide 

naissent des mousses et des forêts d’algues

Aux nageurs de fond à ceux qui posent leurs pieds

dénudés au fond de l’eau

est remis en guise de songes

d’étranges messages

que l’on n’élucide pas

que l’on traduit difficilement autrement 

que par des éclats de rire et des morceaux de vitrail