Sortie du troupeau

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJ’irais brouter le ciel dit-elle
mais moi c’est son œil
que je regarde
son adaptation à ne voir
que les brins de lumière qui poussent un peu partout
elle lit dit-elle dans les partitions musicales des rochers
sans la moindre difficulté
l’histoire de leurs contractions
au delà dit-elle d’une voix de grelot
des orties argentées, des feuilles bleuies
je vois
la mer
toujours la mer
aux pieds des collines
attendre
attendre
que je lui fasse
avaler les cailloux tombés dit-elle
du ciel

Calligraphies

22007391_484070668636969_2172079745324745406_n
©Bertrand Els

Dans la roche qui me laisse au bort du monde
s’est gravé avec l’insistance de vies accumulées
un paysage de neige, de tempêtes, d’hésitations phosphorescentes
le vent fait de filaments infinis
multiplie les replis sur soi sûrs de l’oubli
Dans la roche rutilante comme une peau de reptile
auréolent des fontaines, des villages fantômes
l’énigme du bouillonnement magmatique d’une de leurs naissances
Des nébuleuses s’incrustent et les sillons sur mes visages
sont rides et chemins labourés d’identiques et inutiles
questions

À peine visible

Capture d_écran 2017-07-12 à 13.36.18
©Bertelsac via https://www.instagram.com/bertelsac/?hl=fr

Je lis à l’ombre, près du mur qui à la nuit tombée se constelle de geckos. Entre et puis disparaît dans une fente du bois de la table, une abeille. Son corps délicat, son vol auréolé lorsqu’il s’approche de l’endroit me fait oublier le dard. D’ailleurs, l’animal ne se préoccupe nullement de cette statue de sel scellée à un fauteuil, un livre à la main.

J’ignore si elles sont plusieurs à s’infiltrer dans cette mince ouverture. Il me semble qu’affairée ce soit toujours la même qui éternellement découvre, rêve, sommeille, part et puis revient.
L’entrée est à peine visible mais le monde au quel je n’ai pas accès ne peut que se construire dans l’espace où rêve et imagination battissent des galeries, des alvéoles infinies en si peu de temps que l’on croit cela impossible.
La chose est établie, une abeille a découvert ce qu’hélas ne cherche plus aucun humain, une faille, une ride, un début sans fin.

Eucalyptus

bd42d64ddab7c8453e3f683afd0a7615
Solar Eruption and a Flare, May 2010

Dans le maquis     il y a toujours cet olivier qui quand le vent vient     ressemble à une source
Ses feuilles s’écoulent     comme les ondes vertes des fontaines en gloussant
Peut-être que quelque part     sous ses pieds
Loin entre les racines         venu de la colline         vit un ruisseau
Dans la forêt de pins     les eucalyptus servent de lisière
ils n’embaument pas que l’ombre
le soleil         emporte quelques vagues senteurs
au large
je ne sais plus très bien si         l’écho est celui qui provient
de l’écume contre les rochers
ou         des écorces qui tombent en lambeaux des troncs
sur les sols recouverts d’aiguilles et de vieilles souches
mentalement     entre ces univers     il existe un ruban odorant et phosphorescent
ou         naissent et grandissent     les aurores
parfois je suis étonnée         d’apprendre que la frontière n’existe que pour moi
que tout est incroyablement simplifié unifié par une croyance
une théorie universellement reconnue
parfois je prends conscience du poids d’un poème
sa voix est inouïe
elle a ce goût mentholé qui ouvre
l’espoir en même temps qu’il découvre         l’immense territoire
de la solitude.

Sente

Vincent van Gogh: Pine Trees in the Garden of the Asylum Saint-Rémy: 5-22 October 1889 (Amsterdam, Van Gogh Museum)
Vincent van Gogh: Pine Trees in the Garden of the Asylum Saint-Rémy: 5-22 October 1889 (Amsterdam, Van Gogh Museum)

Le sentier est escarpé. C’est une carcasse de pierres, de rochers désobéissants.
Les ronces le poursuivent sans pouvoir l’arrêter.
Se répandent autour de lui d’ immortelles fragrances de fleurs, de fruits, de feuilles sèches.
Ces senteurs ressemblent à celles du soleil lui-même.
Le sentier n’aime rien
que la poussière et le vent. Il va souvent saoul
vers la mer sans poser de question
il évite soigneusement de répondre à celles que j’ai envie de poser.
Le sentier mène une vie de monstre silencieux, il serpente.
Parfois, je le sens frémir à cet endroit où il commence.
À l’endroit où il emboîte le pas à la forêt femelle aux essences de pins, d’acacias et d’eucalyptus.
Le sentier s’égare, s’insinue parfois jusqu’à mes cheminements et rêve
La nuit, le sentier en sinuant rejoint seul le ciel et
plante sa propre étoile au dessus de sa crête.

Je l’ai suivi jusqu’à ce que je tombe
un instant j’ai apprécié cet écroulement de moi-même
froissée comme une feuille
j’ai regardé le ciel avancer comme si le monde ou ce qu’il en restait tournait autour du point de ma chute
j’avais mal
l’onde de choc parcourait encore tout mon corps
sans en sortir elle s’amplifiait
il fallait que je me relève et que je reprenne la marche
debout tremblante la douleur brûlait
dans mes paumes
j’ai marché longtemps en ignorant mon corps
en faisant comme s’il n’existait plus
comme s’il était la seule entrave
à la vie
voilà comment je suis devenue un fantôme
parmi les ombres et les parfums d’écorces

Toujours je suis le sentier
qui prendra soin des plantes sauvages
que rien ne protège de l’écrasement
j’appréhende la perte définitive
des mondes invisibles
qui se trouvent au-delà de mes perceptions

je redoute infiniment l’ignorance
j’avance suivant la trace affaiblie entre les végétations
hier cela m’a menée jusqu’à
un endroit où les racines des oliviers
avaient retourné la terre
le sol ne retenait plus aucune empreinte
si ce n’est celles d’un troupeau
de nuages
les vieux arbres arboraient des branches
qui ne portaient ni feuilles, ni fruits
seuls restaient presque suspendus au vide
les nids méticuleusement brodés entre les branches les plus fines, les plus hautes
difficile de prétendre qu’ils n’étaient plus habités

Enregistrer

Sans nom

Early Sunday Morning by Edward Hopper
Early Sunday Morning by Edward Hopper

 

La pluie mange le ciel et tout

ce qu’il contient de nuages

mange les feuilles         jusqu’à leurs nervures

les aiguilles             jusqu’à ce qu’elles saignent

elle mange les troncs et les racines qui débordent à la surface du sol

la terre         les roches et les petits cailloux

la pluie avale les montagnes

au loin         les chemins     les sentiers

et leurs graviers que touchent tes pieds

la pluie dévore l’air le vent     et

décortique chaque mouvement

elle mange les champs    les prés        les fleurs

le bétail  les toits de ton village natal

elle mange les routes        les voitures    les passants     l’absence

et presque toute ta volonté

elle picore les vitres     la peau de tes joues

ta chevelure et tes vêtements

partout elle se mélange au décor

noie les couleurs dans le même fleuve

la même turbulence

la pluie mange le sable des plages grain par grain

jusqu’à ce qu’une mer en rage lui barre le passage

d’une seule et énorme vague

Ce qu’atteint l’horizon par ce brusque rugissement d’écume

ne portera pas de nom

car tu n’as pu déterminer ce qu’il se passait au juste

au fond de toi et en surface

à ce moment-là

la pluie n’a plus
désormais

aucune emprise sur toi

Point

Spider's Web Diatom Trouvé sur thingsthatquickentheheart.blogspot.com
Spider’s Web Diatom
Trouvé sur thingsthatquickentheheart.blogspot.com

La première fois qu’il s’est manifesté, je devais avoir 7 ans. D’abord incertain, invisible, trouble, par sa taille il ressemblait aux points qui terminent les phrases, à ceux qu’on frappe contre la table, à ceux que vous attrapez en plein visage. Tous les jours, je partais de ce point d’ écriture bleu-foncé pour tenter d’être moi-même face à moi-même. Construire le jardin secret dans lequel j’espérais pouvoir m’étendre afin de participer à la vie. Rien ne me plaisait plus que le point, telle une île fantôme au large d’un immense silence qui me permettait d’être sans mot dans le mot, d’être l’imprononcée, fiancée aux mots qu’on ne prononce jamais, mots muets qu’on ne lit pas mais qu’on regarde comme on observe les étoiles. Le point était sur toutes mes pages. Comme un nombril, comme l’oeil d’une tempête, comme la saillie du silence le plus complet.

Pour la plupart des choses courantes, je me passais de langage parlé. N’importe voix me faisait mal. Parfois, j’étais bien obligée d’inventer une langue. Provisoire, uniquement destinée à se décliner au présent, à n’évoquer que l’instant blotti à ses pieds. J’avais peur que la voix se prononçant pour la seconde, dans ses reflets éclatants ne la transforme en point mort. Seconde après seconde, les mots détournés de leurs libres trajectoires, sans même réellement le vouloir signeraient leur propre décadence, leur disparition dans le cri, dans le bruit ou le chuchotement malveillant. Leurs vies seraient froides.

En grandissant, peu à peu le point prit de plus en plus l’allure d’une flaque d’huile, d’un lac lent qui ne pouvait se mélanger avec le reste. Le point se refusait à être le départ d’une écriture, la fin d’une phrase. Il était le grain de sel que je déposais partout sur les bouts de langue. Les événements vécus de ma vie étaient totalement inconciliables avec ceux contenus dans le point.

Les nausées, les pertes d’équilibre sont survenues brutalement en même temps que les « prises de conscience » vers l’âge de 13 ans. La conscience c’est ce fardeau dont on vous charge à un moment donné de votre vie. Un ballast qu’on remplit de culpabilité pour vous faire couler ou vous maintenir dans le troupeau de flots. Caillou que j’ai dans le ventre qui se déplace en rampant tels les serpents, caillou qui pousse à la place du coeur et finit par occulter et tenir dans un piège poumons, respirations, rêves. Dans la gorge, il vous reste toujours des larmes, des tonnes de larmes que vous ne parviendrez jamais à écouler. Quand il tombe ce caillou grotesque, lourd et solitaire comme une ancre au fond de la mer, l’onde de choc se propage bien au-delà de la conscience, elle vous rend coupable, vous brutalise. Bruits de houle, incendies de cris, de grincements. Tout se disloque. Tout sauf, elle l’île, la méduse, cette incertitude, cette servitude. Quel lien direct le point a-t-il avec moi? C’est lui, je crois qui me permet d’ atteindre l’endroit où le silence se baigne, mer bleu-foncé qu’enlacent les rives du songe.

Les médecins consultés, les amis aux quels j’avais confié l’existence du point, tous se sont entendus pour convenir qu’il fallait l’appeler « maladie ». On a cherché à la localiser dans le cerveau mais les scanners et les radiographies n’ont montré que des méandres.Des spécialistes ont dressé le portrait robot de ce point malade. On a aussi prétendu que je l’avais inventé, que cette maladie finalement n’était qu’un spectre. On a dit que son ombre même était nocive et que puisqu’elle me cloîtrait dans le silence, elle risquait par je ne sais quelle puissance de s’en prendre aux autres.

Cette idée du point m’a rendue réellement malade. Il fallait que je le cerne, que je lui trouve des racines, que je l’extirpe, que je l’étripe déclarant à haute voix tout le mal que je devais ressentir à cause de lui planté en moi comme un clou. Finalement, je conclus de dire même si je savais que cela était totalement faux que le point, c’était moi. Moi, semblable à la pieuvre qu’ils voyaient partout dans les mouvements du point, moi semblable à une araignée prête à étendre un piège aussi transparent que tenace et soi-disant dangereux. Jamais en des années de traitements, d’enfermement, jamais dans aucun des camps, des hôpitaux, des maisons d’accueil, jamais il ne s’est trouvé quelqu’un pour changer de point de vue et dire que mes toiles en soie filtrent les brouillards et retiennent ses larmes. Je me suis efforcée de mettre le point de côté mais finalement il a choisi de se planter et de germer à la place de la pupille, un point pour chaque oeil. Noir et rendu à zéro, auréolé de l’iris, le point est dans mon regard, l’espace qu’il occupe voyage éternellement du monde à voir au monde à recevoir, du monde sensible au monde incompréhensible.

Du Vent

Svjetlana Tepavcevic – The Sea Inside. Ongoing exploration (2008 to present)

Le vent a dessiné en mon rêve

le long ruban de soie de sa voix

et je ne vois pas le point d’un départ

l’instant muet de sa fin.

Le vent résiste.

Des feuillages gourmands mangent sa chair

la meute s’abreuve de l’air presque devenu liquide.

Le vent n’est rien.

Il est la chanson d’un fantôme

dont les mains tentent de maintenir ensemble

toutes les parties insensibles de la ville

les arrêtes des toits et des murs

l’angle de la rue

les voitures

aux fenêtres des immeubles

parfois un rêve pleure

et coule une étrange chevelure

de larmes.

Corollaire

Heart and Coronary Arteries Project: Editorial Illustration Software: Autodesk 3ds Max, Brazil R/S Copyright: 2013 James Archer

À côté d’où sur la carte marine est indiquée l’île de mon cœur, au large sombre telle une ancre, une douleur. Elle répand des ondes tantôt aiguës, tantôt graves. Crissements d’écume et vagues sourdes s’alternent. Dans une région où d’habitude nage l’air, la flèche d’un arc empoisonné tient là emprisonné un point de côté noir. Aiguille de pin tombée aux pieds d’un feuillu flamboyant, qu’est-ce qu’elle fait là ? Je ne sais pas mais c’est un fantôme qui ne me quitte pas.

Exclue du cycle des sources. Grain de poussière au sein de l’œil. Je ne vois plus qu’elle chaque fois qu’elle se soulève en même temps que mes craintes légères et quotidiennes, ma peine. Si je tente un pas vers mon cœur pour lui demander ce qui ne va pas et qui le tourmente : elle est là. Elle impose un tout petit pli, ce froissement dans les tissus de ma chair.

Elle dort dans mes draps, elle gêne le mouvement de mon bras droit et de celui que je vois dans le miroir. Quand on l’appelle, elle se tait si bien que l’on peut croire que tout se joue seulement dans ma tête.

Trêve

b-vde: Corsica, January 2014

Dans le parc

les statues

maintiennent le silence

et au centre

encerclée de plantes

une fontaine pleure

 

Les mousses et les fougères

s’emploient à dénouer

les nœuds dans la chevelure de l’eau

pour en extraire les premières

des gouttes de la fraîcheur

 

Assis sur un banc

je bois toutes les paroles

fauves d’un livre

tous les temps de pause

d’un fulgurant poème

mais quelque chose en moi

ne finit pas

de se défaire.