questions

tumblr_nig8mmlv0I1tme01no1_500
source image : ici

Je me demandais livre en main si j’aimerais être comme tous ces précieux galets

polis

mille fois mis en place

mille fois déracinés

jaugés sautillants d’une main avide à une autre

brillants quand je les regarde

pour finalement rejoindre avec une joie de plus en plus affirmée le lit de la rivière qui ne fait que passer au dessus de leur tête

ils dorment et rêvent

je suis presque toujours troublé et les questions sans réponse se succèdent

Brutalités

ac8a2ebe355dd6fd3e2bb06397f2b395
ART BRUT / collection ABCD :: STOFFERS harald

J’aimerais que mes phrases ne parlent pas
la même langue que moi
qui boite et trébuche à chaque pas
j’aimerais qu’elles soient
autrement que de simples lettres alignées
ces mots dont on a épinglé les ailes
par peur qu’ils dénoncent l’aspect
véritable de nos maigres rêves
j’aimerais que mes phrases ne soient pas les objets
d’une nature morte
qu’un éclat de bougie encore fasse trembler leurs corps
j’aimerais accompagner le silence quand il entre
dans la forêt d’eucalyptus et leur demande d’exalter
l’obscurité

ainsi peut-être serais-je
protégé
des maux


Source image: abcd art brut

Essences

eff1412061fcda3ce66d38157ddc5293

Dans les feuillages le vent est
Un petit cheval vert se cabre
Disparait puis après avoir bu
Le ciel revient plein de fougue

Derrière la colline vient de naître
Dans un lit de brumes
La lune avant l’heure

Les ruisseaux dévalent les pentes
On entend les troupeaux de roches
Le bruit de la pluie
Essences d’immortelles
Se répandent autour de la tombe
Du jour


source image

Lentement

 

tumblr_ls4seyBhd81qahbu0o1_500
Gary Schneider: ”These photographs, made without a camera, are sweat and heat imprints into film emulsion.” (Source: printeresting-blog, via switchbitch-deactivated20141117)

 

Une hélice végétale imprime
à l’espace en moi sombre
un mouvement de fleur
noire qui s’échappe
une empreinte s’ancre
lentement dans ce monde liquide
sur lequel j’ai tellement peu d’emprise
elle serait comme le moteur principal
d’une idée arrêtée propulsée
vers des taches d’une blancheur
d’écume
Ce qui s’écrit n’est point
un cri de douleur
un champ de mots qui portent malheur
c’est moi hors de ce qui me représente
comme la bogue pleine d’épines
le fruit.

Sortie du troupeau

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJ’irais brouter le ciel dit-elle
mais moi c’est son œil
que je regarde
son adaptation à ne voir
que les brins de lumière qui poussent un peu partout
elle lit dit-elle dans les partitions musicales des rochers
sans la moindre difficulté
l’histoire de leurs contractions
au delà dit-elle d’une voix de grelot
des orties argentées, des feuilles bleuies
je vois
la mer
toujours la mer
aux pieds des collines
attendre
attendre
que je lui fasse
avaler les cailloux tombés dit-elle
du ciel

Calligraphies

22007391_484070668636969_2172079745324745406_n
©Bertrand Els

Dans la roche qui me laisse au bort du monde
s’est gravé avec l’insistance de vies accumulées
un paysage de neige, de tempêtes, d’hésitations phosphorescentes
le vent fait de filaments infinis
multiplie les replis sur soi sûrs de l’oubli
Dans la roche rutilante comme une peau de reptile
auréolent des fontaines, des villages fantômes
l’énigme du bouillonnement magmatique d’une de leurs naissances
Des nébuleuses s’incrustent et les sillons sur mes visages
sont rides et chemins labourés d’identiques et inutiles
questions

À peine visible

Capture d_écran 2017-07-12 à 13.36.18
©Bertelsac via https://www.instagram.com/bertelsac/?hl=fr

Je lis à l’ombre, près du mur qui à la nuit tombée se constelle de geckos. Entre et puis disparaît dans une fente du bois de la table, une abeille. Son corps délicat, son vol auréolé lorsqu’il s’approche de l’endroit me fait oublier le dard. D’ailleurs, l’animal ne se préoccupe nullement de cette statue de sel scellée à un fauteuil, un livre à la main.

J’ignore si elles sont plusieurs à s’infiltrer dans cette mince ouverture. Il me semble qu’affairée ce soit toujours la même qui éternellement découvre, rêve, sommeille, part et puis revient.
L’entrée est à peine visible mais le monde au quel je n’ai pas accès ne peut que se construire dans l’espace où rêve et imagination battissent des galeries, des alvéoles infinies en si peu de temps que l’on croit cela impossible.
La chose est établie, une abeille a découvert ce qu’hélas ne cherche plus aucun humain, une faille, une ride, un début sans fin.

Eucalyptus

bd42d64ddab7c8453e3f683afd0a7615
Solar Eruption and a Flare, May 2010

Dans le maquis     il y a toujours cet olivier qui quand le vent vient     ressemble à une source
Ses feuilles s’écoulent     comme les ondes vertes des fontaines en gloussant
Peut-être que quelque part     sous ses pieds
Loin entre les racines         venu de la colline         vit un ruisseau
Dans la forêt de pins     les eucalyptus servent de lisière
ils n’embaument pas que l’ombre
le soleil         emporte quelques vagues senteurs
au large
je ne sais plus très bien si         l’écho est celui qui provient
de l’écume contre les rochers
ou         des écorces qui tombent en lambeaux des troncs
sur les sols recouverts d’aiguilles et de vieilles souches
mentalement     entre ces univers     il existe un ruban odorant et phosphorescent
ou         naissent et grandissent     les aurores
parfois je suis étonnée         d’apprendre que la frontière n’existe que pour moi
que tout est incroyablement simplifié unifié par une croyance
une théorie universellement reconnue
parfois je prends conscience du poids d’un poème
sa voix est inouïe
elle a ce goût mentholé qui ouvre
l’espoir en même temps qu’il découvre         l’immense territoire
de la solitude.

Sente

Vincent van Gogh: Pine Trees in the Garden of the Asylum Saint-Rémy: 5-22 October 1889 (Amsterdam, Van Gogh Museum)
Vincent van Gogh: Pine Trees in the Garden of the Asylum Saint-Rémy: 5-22 October 1889 (Amsterdam, Van Gogh Museum)

Le sentier est escarpé. C’est une carcasse de pierres, de rochers désobéissants.
Les ronces le poursuivent sans pouvoir l’arrêter.
Se répandent autour de lui d’ immortelles fragrances de fleurs, de fruits, de feuilles sèches.
Ces senteurs ressemblent à celles du soleil lui-même.
Le sentier n’aime rien
que la poussière et le vent. Il va souvent saoul
vers la mer sans poser de question
il évite soigneusement de répondre à celles que j’ai envie de poser.
Le sentier mène une vie de monstre silencieux, il serpente.
Parfois, je le sens frémir à cet endroit où il commence.
À l’endroit où il emboîte le pas à la forêt femelle aux essences de pins, d’acacias et d’eucalyptus.
Le sentier s’égare, s’insinue parfois jusqu’à mes cheminements et rêve
La nuit, le sentier en sinuant rejoint seul le ciel et
plante sa propre étoile au dessus de sa crête.

Je l’ai suivi jusqu’à ce que je tombe
un instant j’ai apprécié cet écroulement de moi-même
froissée comme une feuille
j’ai regardé le ciel avancer comme si le monde ou ce qu’il en restait tournait autour du point de ma chute
j’avais mal
l’onde de choc parcourait encore tout mon corps
sans en sortir elle s’amplifiait
il fallait que je me relève et que je reprenne la marche
debout tremblante la douleur brûlait
dans mes paumes
j’ai marché longtemps en ignorant mon corps
en faisant comme s’il n’existait plus
comme s’il était la seule entrave
à la vie
voilà comment je suis devenue un fantôme
parmi les ombres et les parfums d’écorces

Toujours je suis le sentier
qui prendra soin des plantes sauvages
que rien ne protège de l’écrasement
j’appréhende la perte définitive
des mondes invisibles
qui se trouvent au-delà de mes perceptions

je redoute infiniment l’ignorance
j’avance suivant la trace affaiblie entre les végétations
hier cela m’a menée jusqu’à
un endroit où les racines des oliviers
avaient retourné la terre
le sol ne retenait plus aucune empreinte
si ce n’est celles d’un troupeau
de nuages
les vieux arbres arboraient des branches
qui ne portaient ni feuilles, ni fruits
seuls restaient presque suspendus au vide
les nids méticuleusement brodés entre les branches les plus fines, les plus hautes
difficile de prétendre qu’ils n’étaient plus habités

Enregistrer

Sans nom

Early Sunday Morning by Edward Hopper
Early Sunday Morning by Edward Hopper

 

La pluie mange le ciel et tout

ce qu’il contient de nuages

mange les feuilles         jusqu’à leurs nervures

les aiguilles             jusqu’à ce qu’elles saignent

elle mange les troncs et les racines qui débordent à la surface du sol

la terre         les roches et les petits cailloux

la pluie avale les montagnes

au loin         les chemins     les sentiers

et leurs graviers que touchent tes pieds

la pluie dévore l’air le vent     et

décortique chaque mouvement

elle mange les champs    les prés        les fleurs

le bétail  les toits de ton village natal

elle mange les routes        les voitures    les passants     l’absence

et presque toute ta volonté

elle picore les vitres     la peau de tes joues

ta chevelure et tes vêtements

partout elle se mélange au décor

noie les couleurs dans le même fleuve

la même turbulence

la pluie mange le sable des plages grain par grain

jusqu’à ce qu’une mer en rage lui barre le passage

d’une seule et énorme vague

Ce qu’atteint l’horizon par ce brusque rugissement d’écume

ne portera pas de nom

car tu n’as pu déterminer ce qu’il se passait au juste

au fond de toi et en surface

à ce moment-là

la pluie n’a plus
désormais

aucune emprise sur toi