En lambeaux

Bertrand Els @bertelsachttps://www.instagram.com/bertelsac/

Au dessus de la mer quelques nuages en lambeaux sont en train de disparaitre

Un seul se dissout plus lentement que les autres

il tient à ses quelques secondes supplémentaires tel le papillon pourvu de la mission d’ensorceler la lumière et les fleurs galactiques d’un jardin

il ressemble à un coeur ventricule gauche ventricule droit les valves les veines et artères l’aorte 

comme les moignons d’imaginaires bras tendus

mi méduse mi poulpe

Au dessus de la mer le centre d’une toile d’araignée vient de manger
l’insecte pris au piège

dans quelques secondes la soie blanche sera à nouveau 

illisible

Immersion

un oiseau glisse sur le ciel du jardin
d’autres se posent sur la mer pour le conciliabule quotidien
le chat égal à lui-même traverse son territoire se penche pour boire
à la mémoire de ses ancêtres

Pour accompagner les collines bleues à la baignade
un poisson-pilote et un nuage muet

un iris violet décide que c’est désormais le printemps
peu importe les voix qui lui chantent qu’il se fourvoie

Que peut-on dire face à la langue élancée de ses feuilles

Brouillards

96c1af4aedef9f2449e9133750de8520

Yamamoto Masao

Derrière le mur de nuages, un ciel avance, la nuit progresse. Et ce que j’entends au loin, ce n’est pas un avion qui déchire le temps, ce n’est pas un orage en train de naître. C’est un hêtre. Il respire plus fort que tous les autres. Il respire en faisant un bruit de mer. Il déverse ses branches pâles comme les vagues l’écume sur la plage.
L’arbre n’a plus pour feuilles que les larmes froides du brouillard. il a créé la confusion dans mon esprit. Un instant j’ai cru voir au bout de l’avenue, la mer nue se cabrer comme un cheval sauvage.

Soudain

75ca3d387ac4df837ae9026bf14585ff

Joe Brittain

Comme nuages les rivages se dissipent au large
il devient impossible de savoir ce que cache la mer et même de reconnaître avec certitude les contours de l’île
pourtant
de la colline comme d’une épaule s’écoule une chevelure
de myrte de bruyère de ciste
d’immortelles
senteurs
Je ne pourrais dire   il vente
car je sens bien que le vent n’a rien d’aussi méthodique que la pluie

il habite l’horizon

est né de la montagne
le vent  est  un petit animal
étourdi  fort  soudain
est-il possible de le maintenir sur la paume des mains
même à la voile il échappe


source image

Nuée

Motohika Odani

Motohika Odani

Ma vie est un nuage, elle condense les secondes comme des gouttes. Elle n’est que vapeur. Parfois elle neige, elle nage en formant des flocons, se glace dans des aller-retour inutiles, elle voyage sur une toile aux dimensions multiples. Ma vie n’a aucun sens.

Elle est une carte sur laquelle coulent des routes. Des rivières dorment dans leur lit, d’autres sont assez sauvages pour former la mer. Ma vie me berce d’un instant à l’autre, elle se plante.

Les moments de pause sont le cadre précis à l’intérieur duquel j’évolue en reposant à mes idées d’insipides questions, improbables méduses colorées dont les tentacules prennent fin à l’orée de ce qui s’appelle l’horizon.

Je ne comprends pas pourquoi certains le confondent avec le futur. L’horizon est cette vitre, c’est une bulle qu’aucun d’entre vous n’aperçoit.

Ma vie se charge d’effacer celle que je suis, celui que je ne pourrais être en créant des orages. Regardez comme ma robe pommelée se recouvre de larmes de pudeur. Je me mets à disparaître et à renaître sur les pétales. Je pose ma bouche sur la mer. Je marche la nuit dans les jardins qu’embaument les fleurs.

J’apprends tous les jours à me trouver de nouvelles limites. Finalement, mon but est de rester sans disparaître dans les averses, sans me fondre à cet immense désert, je reste muette dans les creux des prés avant que les troupeaux ne les broutent. Rien ne me fait plus peur que le bruit d’une mâchoire.

Entendements

Contemporary Basketry: Color/Blue Karyl Sisson Elemenop

 

Sur le mur de façade de la maison d’en face

les failles ont dessiné la moitié d’une cervelle humaine

la matière grise est une brume épaisse qui se déplace

au-dessus de cette tranche de vérité

délavé et obscur un ciel pleure plein d’impuretés

je me demande ce qu’il resterait dans ma tête

après une telle tempête

un embrouillamini de nœuds un nid de couleuvres

ou le total oubli et la fête sauvage d’un immense nuage ?