Résonance

3D Printed Ceramics

J’ai à portée du regard toutes les pièces

désemparées

————————–de l’étrange machine

—————-de mes pensées

——————————————elles s’emboîtaient,

——————————————elles se couplaient

et produisaient de toutes petites

—————————-révolutions

une série de sons

——–pour être en mesure

—————–de répondre ou de se fondre

à l’écho

acharné des autres astres

Manuscrit

Cui Fei, Manuscript of Nature

 

Les lettres sont sur mes pages

comme des petits points de suture

 

qu’est-ce que les plaies ainsi cachées

peuvent bien avoir à dire de moi

 

 

Je suis morcelée j’ai voulu observer et comprendre

tous les visages de l’homme

j’ai parcouru le regard vide l’âme lasse

toutes les rides rendues à la vie sauvage

par les jours de débâcle et par les heures où de la vie

il ne reste plus que la bave.

 

Domestique

J’ai ouvert la fenêtre pour laisser entrer l’arbre dont les branches agitées semblaient vouloir me dire : laisse-nous entrer chez toi. L’arbre est entré accompagné d’un cortège de feuilles, d’odeurs et de bruits. L’automne s’est allongé sur mon lit et puis, se redressant, il a posé sa main sur mon épaule, il m’a dit : allons !

J’ai ouvert la fenêtre pour disperser ton ronronnement dans le temps : juste le ciel et le vent pour te retenir. J’ai ouvert la fenêtre et je me suis assise,  accompagnant d’un sourire tes galops de tigre et tes mises en garde de crabe. Ta joie ne connaît pas d’autre chanson que le ronron d’un tout petit moteur. Ton pas souple distribue la douceur.

Entre dehors et ici, il n’y a pas de gouffre à franchir si ce n’est celui que j’ai laissé moi-même s’élargir, d’un seul soubresaut de petit chaton, il s’évanouit. Je n’ai plus de vertige, je ne me tords plus les veines, je n’ai plus mal à la tête.

J’ai refermé la fenêtre, tu ne voulais plus partir, je me suis remise à écrire et toi à contempler les mouvements du ciel d’un regard vif et doré.

voie

O’Keeffe, Georgia Winter road I, 1963Oil on canvas 55,9 x 45,7 cm

 

Ton regard glisse sous la paupière

comme un astre derrière les voiles célestes

ta pudeur trace d’une ombre fugace

petit fruit mûr d’une ample méditation

sur la marche

Ton regard se dissimule sans te voiler la face

disque radieux que porte la nuit comme un grain de Beauté

Tu te résorbes peu à peu sans froisser une seule des étoffes que la mer jette à tes pieds

Le monde est en train d’oublier pourquoi il tourne

à côté de toi dans le néant.

 

 

 

En lisière

-La soga al cielo-Tintas mínimas I — Pablo S. Herrero
(Pour visiter son blog cliquez sur l’image)

Les arbres au bord du monde sont sur le point de se fondre à l’absence

Il ne nous restera pas même le squelette de leurs branches 

les vents et les pluies ont fait fuir les prairies et les rires

des fleurs

il ne nous reste plus que le temps soudé à un lit d’hôpital devenu presque vague

il nous montre son dos

doux comme celui des collines pour le regard ému qui porte des larmes

dur muet et lâche pour celui qui n’a plus ni les armes ni l’espoir

Doigts

On dirait les doigts d’une main

j’ai cru que tu pourrais ainsi reposer

ta main sur la mienne

légère comme portée par les flots de lumière

qui naissent entre les rochers du soleil

j’ai cru que la réalité s’évanouirait pour de bon

qu’elle cesserait de creuser des ornières et des rides

sur les routes

d’éblouir de non-sens mes journées

on dirait les doigts gantés de cet habile chirurgien qui guérit d’un seul regard

glacé

la cohue de la peine et le doute

tout ira bien sur ses lèvres fait reculer la mort de deux pas

j’ai cru qu’enfin ta main était revenue me chercher

comme mes songes au beau milieu de la journée

mais c’est une anémone de mer

que la dernière tempête a détachée de son socle

Actiniaria - Tiergarten Schönbrunn