Inhabile

aaccae2ca591cf6de27fd6bdd0312b92

J’avance poussant devant moi mon ombre
le vent invite dans mes yeux les larmes
le froid les guide sur mes joues
comme un troupeau de chèvres de montagne
j’avance un sourire sur les lèvres
vagues à l’amertume légère
parfois je les efface parfois elles disparaissent
laissant une minuscule empreinte de sel
sans savoir vraiment si la voie qui souvent me fatigue
me renvoie un écho troublé
me mènera à l’endroit où nos paroles se joignent
où nos souffles nagent et où les murmures
les colorent comme aurores boréales


source image

Embrumé

GAO XINGJIAN 高行健 Moonlight 2014 / Au Clair de la Lune, 2014 Chinese ink on paper 35 3/5 × 37 in 90.5 × 94 cm
GAO XINGJIAN 高行健
Moonlight 2014 / Au Clair de la Lune, 2014
Chinese ink on paper
35 3/5 × 37 in
90.5 × 94 cm

 

Avant de gagner la mer, la brume se repose sur les épaules des collines. Elle reprend des forces, s’enfle comme un énorme bourgeon jusqu’à changer de couleur. Parfois, elle se retire et choisi d’envahir l’autre versant du monde, celui que peuplent les forêts, les roches et leurs fines fontaines de dentelles blanches. Elle finit par se perdre ou par perler sur les herbes, les mousses ou les petites plumes argentées des buissons.

Le soir, je crois qu’assis sur le plus culminant des rochers, tu me regardes et m’attends depuis des années. À force de regarder ta silhouette se découper dans l’azur comme le vol d’un oiseau éperdu de hauteurs, mes yeux se mettent à briller et à presque pleurer. Finalement, je comprends que ton ombre si décidée est un buisson fulgurant que le vent a sculpté.

Le vent descend souvent de la montagne en se laissant glisser lentement, titillant à peine les centaines d’oliviers de la plaine et puis regagne le ciel dans un seul et même mouvement à la manière d’un cétacé qui soudain s’engouffre dans les cerceaux de bulles qu’il a lui-même dessiné. Alors, subtilement quelque chose qui s’apparente au silence reprend sa place à côté de mes organes vitaux, comme un fantôme, comme le souffle d’un mort, comme pour me faire comprendre à quoi ressemble la réalité. Réalité raisonnable à laquelle on donne le nom de « devoir », de « responsabilité » comme si assumer sa part toujours plus vaste de silence, de solitude face à la nature qui culmine au bout de chacun des regards, comme si « être dans la lune » n’était véritablement qu’une fuite en avant.

Parfois je pense que ceux qui ne rêvent pas, ceux que le silence n’hante jamais sont des irresponsables. Parfois je crois que le silence est la part la plus dense et la plus difficile à porter. Une motte de terre noire, les tripes de l’univers, j’aimerais toujours être en état de savoir ce qu’il faut en faire.

Parfois je sens que le silence est un champ de fleurs sauvages, les racines, les tiges, les corolles, les pistils se chargent de le retenir, de lui donner de la contenance  car comme le sable des dunes, le silence toujours s’échappe, s’évapore entre deux mots, deux cris.

Enregistrer

Pour les murs

Les mots, le souffle dont ils disposent pour s’installer dans la phrase, les virgules, les points,

les veines entre chaque parole dure et polie, parfois sertie d’une larme, les ruisseaux de bruits, les torrents de silences

ont cavé ma voix

celle qui a tant de mal à se faire entendre et souvent ne parle que pour les murs

les mots, le souffle, la phrase, les virgules, les points et l’histoire

les veines, les larmes, les silences trouvent parfois la force de se tenir là, debout dans le noir du tiroir secret d’une idée.

 

Images: Christo Dagorov

 

Décomposition

b-vde: Decomposition Corsica, February 2014

À la forêt la pluie laisse parfois

un manteau d’écailles

entre les branches et les racines

ruisselle le vitrail d’une cathédrale

presque dénudée

les mois de novembre tremblent dans les flaques

et dans la boue

les vers poursuivent leurs maudites routes

au fond de toi sur un nid de feuilles humides

le souvenir en éclats d’une petite grenouille

palpite

né pour ton seul regard

il a ouvert cette faille interrompant

ton jeu avec la vie

elle voudrait faire de toi

le chercheur solitaire

de pépites

de lumières

Une marée de plus

Jessica Lloyd-Jones Anatomical Neon

Le vent se mêle aux flammes de la symphonie

qui se joue aux abords des rochers

des phrases aux quelles aucun point

ne met de fin

incendient l’air comme les frissons de l’angoisse

mon esprit

la lumière prise au filet tente de fuir

 

Dans le ciel entre la lune

brillante rivière peuplée de lys

J’aimerais naître sur la planète

qui me parlerait de la chaleur de ton corps

comme de l’enveloppe

de la lettre d’amour

que tu destines à l’infini

 

Les ombres au lieu de m’étrangler et d’étouffer

comme des fantômes mon rêve

se répandraient comme l’onctueuse chevelure bleue

de la nuit

elles porteraient en elles la saveur

de ce qui jamais ne se crie

mais qui trouve en toi la force de couler

sous la forme animale d’une larme

 

L’être essentiel se contenterait d’être

une marée de plus

tiré par les chevaux bais

de la lune éblouie la nuit

le jour par ton regard automnal émerveillé.

 

 

De plus en plus noires

Loose leverage // by Austrian photographer Reiner Riedler

le cœur de l’Homme est sans parole

quand il marche il chausse des bottes

 quand il ment ses morsures comportent

 plus de venin mortel que celles

du serpent tigre

dans les ventricules les chambres froides se succèdent

comme des vagues amères

les soupirs et les relents de ruminants

que le joug hante dès la naissance

mais

au sein du tien les trilles du rossignol

coulent vers leur source comme les larmes

sans faire de fracas elles se contentent

de dénombrer la clarté

ton dédale n’a pas vendu son âme

en ton cœur une chaîne de montagnes

retient le ciel et ses cortèges de fantômes

pour réchauffer la lune et les idiots qui la regardent

alors que les nuits se font de plus en plus noires

Déferlement

3 Minute apology letter drip painting by George Valdez

Ce jour-là, j’avais décidé de sortir, d’aller au devant de la vie, de marcher dans les rues, de devenir une autre personne. Ce jour-là, je voulais faire comme si la lumière seule se frayait des chemins de lumière, comme si l’épaisse lourdeur n’avait creusé ses lits, façonné les portraits de la laideur en mon propre for intérieur. Faire comme si je ne savais pas que les pactes ne sont que des feuilles de papier que l’on broie, que le monde ne tient pas toujours ses promesses.

Ce jour-là, je voulais boire à cette source noire, cette voix qui murmure comme l’eau de la pluie quand elle caresse les troncs de ces arbres qui durent. J’ai bu. C’est vrai, cela vous fait mourir. Cela vous fait comprendre que la mort et l’oubli se ressemblent. Vous ne souffrez pas, vous n’éprouvez pas le moindre remords. Vous dormez et vous vous videz très lentement de vous-même.

Ce jour-là, j’ai donc erré dans une ville enfouie dans les brumes, traversée par la pluie, construite en plein cœur de mes larmes. Une ville où les rues dégoulinent et où les avenues portent le nom d’un souvenir, l’empreinte d’une chose qui vous ressemble. Je n’ai pas voulu croire qu’il s’agissait réellement des artères de ma vie car jamais je ne me suis sentie vraiment vivre, les événements me tombaient dessus, je n’avais qu’à subir. Ma vie réelle ne se souvient de rien, elle est courte, furtive, ne se croit pas éternelle, elle ne fabrique pas de souvenir.

Les sensations avaient cessé de faire leurs nids dans mon cœur. Je ne cherchais plus à élucider une vérité qui toujours m’échapperait. Je ne souhaitais plus trouver des correspondances, nouer des contacts, élaborer une science, participer à la construction d’une théorie. J’étais limpide, nettoyée. J’étais comme morte et dénouée.

Ce jour-là, lorsque je me suis réveillée, un visage me regardait. Il était fatigué ce visage, fatigué d’avoir brassé des cœurs, ordonné des sauvetages, plâtré des jambes, suturé des plaies, apaisé des peurs, suspendu des douleurs. Il n’allait plus me retenir ce visage puisqu’il se croyait vainqueur, il m’avait redonné la vie. Il allait avant de me relâcher dans la ville, ce visage, il allait juste me faire signer un papier.

Petite branche

Les jours sont lourds

parfois si lourds

que la nuit éternellement tournée vers les étoiles

porteuse de tous les passés

soudée à tous les silences

semble n’être plus qu’une broutille

Lames

Katsushika Hokusai

La mer a le corps souple de mon âme

le vent a les mains chaudes d’un homme

mais mon cœur contient tellement de lames

qu’il n’est pas une seule plage

où il trouve ses limites

θ