Roses

Source images : https://www.instagram.com/bertelsac/


Irréels/ la douceur des soies/le simple trait de ta personne/ ton sommeil à demi confié à lui-même et à l’état d’éveil perpétuel des sens/

Irréels/ le galet de ton coeur/ les rivières de ton souffle/ la touffe de mots sous la langue/

Roses /ta voix en pétales séparées/ la crainte toujours d’avoir froid/ de n’avoir plus rien à protéger/

Dure/ la liberté éborgnée//

De toi à moi

https://elsacker.tumblr.com/post/159922837331

De toi à moi    de dessous le galet poli et froid    depuis la fourmilière   depuis le nid    depuis le temps   de l’endroit où naissent les rides   de là  et d’ici   d’un astre à un autre   de poussière à pollens    de sève à fruits    depuis le puit   le point    l’appui  de l’invisible phrase qui te porte   depuis ce temps où tes lèvres ne connaissaient le mot   de la cime   du creux   de la porte  du sommet   du secret    de la tourbière  de la ruche   du lac de glace  de la mer  du cratère  depuis un cimetière  un champ vide  un enclos  depuis la nuit    de dessous le tapis   par dessus les frontières   en suivant les nervures   en croisant les hampes   depuis toujours  à partir de rien   mon silence

nu su déçu 

Finalité

04ffcb5b25d7571e5acbeaf864913a12

Anish Kapoor, Zonder titel 1992 polystyreen, aluminium, fiberglas, acrylmedium en pigment diameter 220 cm, ruimte 480 x 240 x 380 cm 1993.AK.01

Parmi les nuages
la nuit
l’hiver
le froid
la pluie
la lune
elle finit par descendre et se pose
sur les branches d’un pin aux aiguilles argentées
elle choisit sûrement celui
qui la suivra un jour
enfin ce sera moi
parmi les nuages
la nuit
l’hiver
dans le froid et la pluie
je vois ton visage celui
que tu n’avais pas alors
que tu étais encore en vie


Source image

Embrumé

GAO XINGJIAN 高行健 Moonlight 2014 / Au Clair de la Lune, 2014 Chinese ink on paper 35 3/5 × 37 in 90.5 × 94 cm

GAO XINGJIAN 高行健
Moonlight 2014 / Au Clair de la Lune, 2014
Chinese ink on paper
35 3/5 × 37 in
90.5 × 94 cm

 

Avant de gagner la mer, la brume se repose sur les épaules des collines. Elle reprend des forces, s’enfle comme un énorme bourgeon jusqu’à changer de couleur. Parfois, elle se retire et choisi d’envahir l’autre versant du monde, celui que peuplent les forêts, les roches et leurs fines fontaines de dentelles blanches. Elle finit par se perdre ou par perler sur les herbes, les mousses ou les petites plumes argentées des buissons.

Le soir, je crois qu’assis sur le plus culminant des rochers, tu me regardes et m’attends depuis des années. À force de regarder ta silhouette se découper dans l’azur comme le vol d’un oiseau éperdu de hauteurs, mes yeux se mettent à briller et à presque pleurer. Finalement, je comprends que ton ombre si décidée est un buisson fulgurant que le vent a sculpté.

Le vent descend souvent de la montagne en se laissant glisser lentement, titillant à peine les centaines d’oliviers de la plaine et puis regagne le ciel dans un seul et même mouvement à la manière d’un cétacé qui soudain s’engouffre dans les cerceaux de bulles qu’il a lui-même dessiné. Alors, subtilement quelque chose qui s’apparente au silence reprend sa place à côté de mes organes vitaux, comme un fantôme, comme le souffle d’un mort, comme pour me faire comprendre à quoi ressemble la réalité. Réalité raisonnable à laquelle on donne le nom de « devoir », de « responsabilité » comme si assumer sa part toujours plus vaste de silence, de solitude face à la nature qui culmine au bout de chacun des regards, comme si « être dans la lune » n’était véritablement qu’une fuite en avant.

Parfois je pense que ceux qui ne rêvent pas, ceux que le silence n’hante jamais sont des irresponsables. Parfois je crois que le silence est la part la plus dense et la plus difficile à porter. Une motte de terre noire, les tripes de l’univers, j’aimerais toujours être en état de savoir ce qu’il faut en faire.

Parfois je sens que le silence est un champ de fleurs sauvages, les racines, les tiges, les corolles, les pistils se chargent de le retenir, de lui donner de la contenance  car comme le sable des dunes, le silence toujours s’échappe, s’évapore entre deux mots, deux cris.

Enregistrer

Réserve

tumblr_o2wjtngGEs1qbidlso1_1280

Zhu Daoping(朱 道平 Chinese, b.1949)

C’est un mot dont on dirait
qu’il est fait du jet d’encre
tracé d’un seul morceau
par un pinceau
bu par le papier
il vous observe en train d’essayer
de deviner de quoi il parle

d’un pays lointain
où des montagnes dévalent
des torrents
dans leurs vagues comme des mains
se tournent et se retournent les galets

d’un pays où les fougères forment
les forêts en fredonnant
par la lumière qui coule de mousses en lichens
les arbres se font décortiquer l’âme et le tronc

d’un pays au delà du trait
que posent les regards
sur l’horizon

 

Zhu Daoping

Source image: B-Sides

obscurcissement

Javier Perez

La nuit est une fleur araignée

bleue elle se tisse des pétales et des pistils

en soie pour féconder les esprits et empoisonner les cauchemars

les étoiles palpitent comme des poissons

dans les filets de bulles chantés par les dauphins

prises aux pièges des constellations

constructions mentales voulant dompter la folie de l’éternité

elles s’écartent des voiles tendus entre les nuages

l’animal se transformerait-il en être humain

en contemplant les battements de cœur fébriles de la lumière

la nuit me regarde comme un insecte qu’elle s’apprête à dévorer

Nuances

 Small Hand Blown Glass Seascape Bowl

Small Hand Blown Glass Seascape Bowl

Comme le rayon d’une ruche dont mes souvenirs sont les abeilles, j’attends. Autour de moi, l’effervescence d’un port, ses bateaux dont les vagues applaudissent les coques, ses voiles et ses moteurs qui déchirent perpétuellement le ciel ne perturbent pas l’azur de mon silence. Je voyage au coeur des choses les plus intimes, les plus susceptibles d’échapper à l’amalgame engendré par les oracles de la beauté écervelée dont se gavent les foules avides.

Dans mon alcôve dorée, la lumière danse secrètement, elle rêve de la patience orchestrée par les ondes sous-marines. Elle se demande pourquoi elle se transforme en poudre avant de devenir fluide invisible tissant parfois les robes de la déesse turquoise de courants chauds et de courants froids. Elle ne regrette pas cette alliance qui lui permet de caresser les créatures étranges dont on se demande si elles sont végétales, si les étoiles qu’elles représentent ont bien les bras et les jambes et les ventouses pour se suspendre dans le temps comme s’il était une immense toile.

Les ailes des insectes vrombissent, elles finissent toujours par retrouver leurs chemins. Les pistils se dressent, les corolles tremblent dans une infinité tendre qui ignore que l’hiver lui aussi est pourvu d’aurores transparentes. J’attends car j’ai peur de l’ours et de sa langue, de l’homme et de ses mensonges, des tyrans qui se servent de ma cire pour conquérir le néant afin de le punir d’avoir les yeux, les griffes et la liberté du tigre.

Voilà que l’on m’approche, une pupille maternelle rutile, une conque gorgée de désirs cristallise une multitude de parcelles du passé. J’en fais mon miel pour continuer d’exister.