Intro-

À l’intérieur de moi, déposée sur une petite table de bois brille une bougie. La moindre respiration en atténue la clarté. La flamme fait vaciller tendrement la lumière jaune que ma vie réclame. Les ombres sont longues et jouent les étranges pièces d’un théâtre magique.
À l’intérieur de moi, brûle une chandelle. Rien d’étonnant qu’elle me fasse écrire de travers, elle est inconstante, elle danse, elle chante et ne pense qu’à la fête. Elle est de la même race que la sève des volcans qu’on croit endormis. Elle est le cheveu arraché à la tête du soleil.
À l’intérieur de moi, parfois tout s’éteint, les vaisseaux s’égarent, les ruisseaux tournent sur eux même et combattent les rivières. Il fait froid, il fait noir, c’est vide. Le temps se crispe, l’amour m’oublie. À l’intérieur de moi, il ne reste que l’ombre et sa gueule béante, elle dévore les jours pour en faire des boulettes de papier chiffonné.
À l’extérieur de moi, on ne voit rien de tout cela, des jeux de la lumière avec l’ombre. Je brille, je ris, on m’aime et puis on ne m’aime plus. Ma main reste franche, mon regard droit, mon manège tourne et j’oublie, j’oublie.
À l’extérieur de moi, on ne voit pas mon doute permanent (restera-t-elle allumée ?), je suis lisse, je suis grand, je suis une farandole. L’inconstance et mes colères osent se faire appeler liberté.
À l’extérieur de moi, je ne laisse transparaître qu’une lueur bleue dans le gris, que certains aiment confondre avec la beauté. Sur mes lèvres le baiser, sur l’épaule un papillon rêvent de s’envoler vers les cieux en prononçant : « pour toujours ». Sur ma tempe tremblote une veinule, au rythme galopant d’une folle bougie.

http://nl.psychiatrie.be/bgdisplay.jhtml?itemname=P_bipolair

6 commentaires sur “Intro-

  1. Superbe texte qui dit si bien le métissage du dehors et du dedans, la flamme
    qui réchauffe les questionnements en toute discrétion, elle aussi qui vacille, danse dans la fidélité à soi-même.

    pour vous cette citation de Valente:

     » Je tressai l’obscure guirlande des lettres : je fis une
    porte : pour pouvoir fermer et ouvrir, comme pupille
    ou paupière, les mondes.  »

    « Tejí la oscura guirnalda de las letras : hice
    una puerta : para poder cerrar y abrir, como
    pupila o párpado, los mundos. »

    José Ángel Valente, Trois leçons de ténèbres, traduit de l’espagnol et
    préfacé par Jacques Ancet

    Merci à vous

    Le gardien des limons

    Claude Miseur

  2. Une voix magnifique, que je ne connaissais pas. J’admire. Vous devriez trier une soixantaine de vos textes jugés les plus réussis, corriger les fautes éventuelles et les envoyer p.ex. à Xavier Bordes, Revue Po&sie, Ed. Belin, 8 rue Férou Paris 75006. Ou alors en donner quelques uns par mail à la revue « Traversées » à l’intention de Serge Maisonnier, pour commencer…
    Cordialement, et bravo pour ces poèmes…

  3. comme faire la connaissance d’un poète voir ses visages intérieurs, entendre son chant
    j’ai vraiment aimé cette rencontre à travers une si bellle prose poétique
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s