Le chat noir

Ce qu’il regarde, c’est presque toujours le vent. Un souffle qui agite le feuillage graduellement. Tous ces détails qui pour la grande majorité des humains ne sont rien, ne signifient rien, tout cela est à ses yeux de première importance. 

Il observe les ombres, les zones de petite clarté, les mouvements infimes qui s’opèrent entre chaque ingrédient. Il sent, il sait que se tiennent là les furtifs remparts de son univers. C’est là qu’il rencontre les premières sentinelles du territoire extensible et souple qui est le sien. Un monde qui n’est pas censé nous échapper aussi facilement. Le langage des éléments avec tous ses reliefs sonores, olfactifs, temporels infimes.  

L’harmonie partiellement atteinte tremble et tangue comme l’ombre d’une pieuvre nuageuse, un fantôme rétablit l’équilibre insaisissable. Il voit entre les herbes et les pierres, la silhouette frêle d’un lézard, il aperçoit la mécanique hyptnotisante derrière la danse de la mante. Il entend une voix qui se hasarde au fond de lui, une musique rassurante, épanouie comme une fleur au soleil et décide qu’il est temps de fermer les yeux.

Sous les paupières, le monde liquide du rêve se mélange à la réalité qui se cristallise impassiblement. Peu à peu le sommeil soulève en rythme de petites vagues sur la mer noire du pelage. Il dort. Il réécrit de petites galaxies en petites galaxies l’infinité juste avant qu’elle ne se fossilise à jamais dans l’ambre.    

Un messager

Muramasa Kudo

La porte s’ouvre

seule

entrent venus du jardin

un ange et le chat

l’un est un ruisseau
un filet d’air
la voix d’une vague

peut-être

l’autre est comme toujours
en lisière du silence

il est le seul
à voir à savoir

l’ange sort mais reste
comme la longue queue d’un cerf-volant

le chat

qui cherche la caresse d’avant le rêve.

Le chat

Differantly (DFT) via creapills.com

Par la fenêtre   il regarde les vagues
certaines halètent en prévision de la plage
d’autres repartent

Dès que la porte s’ouvre  il bondit vers l’air   libre
il saute sur la table où sont posés des légumes et des fruits
l’odeur des végétaux l’intrigue   il décortique le message qu’ils ont pour lui
provenance     fraicheur et quelques détails sur le propriétaire de l’endroit où ils ont grandi

Il va rêveur de par ses chemins habituels qui favorisent de longues trainées d’ombres    Il va évitant les flaques de soleil   Quelques sifflements annoncent sa présence aux autres habitants du jardin  Personne qui ne sache que son errance a commencé

Le vent mélange les murmures entre eux   Ceux des vagues ceux de l’eau ceux des feuillages et ceux du temps qui passe 

Il va silencieux Il sait que ses pas et ceux de l’éternité ont quelque chose à se confier
         un mot enrobé de patience     un mot qui ressemble à un miaulement qu’il est le seul à comprendre.

Empreintes

Man’s Hand Tree! Drawing by Ahmed Al Safi

Tu t’efforces de mettre tes pas dans tes propres empreintes
afin de
peut-être
ne pas troubler ce monde qui frôle le tien

Ta silhouette noire synonyme du silence
ondoie
Ce que tu ne sais pas mais devine
c’est qu’il est terriblement brouillant de mensonges
de paroles qu’on ne donne pas
ce monde qui frôle le tien

tu fais bien de l’ignorer de ne point te mélanger à son immonde rigueur
de te retourner parfois et de l’inonder de tes pourquoi

petit animal carnassier qui préfère le soleil à l’orage la nuit la lune et les étoiles à la cage

petite langue rose gardée par de solides mâchoires garnies de dents ivoire tu préfères ne boire qu’aux sources qui pleuvent et roucoulent et te picorent le coeur et cet endroit toujours sauvage où se loge ton âme

au diable les humains chasseurs de rages
au diable les humains pourvoyeurs d’entraves  

info sur l’illustration: ici

L’autre monde

Derrière les yeux comme des perles d’ambre

déjà l’autre monde du rêve

la réalité secrète se laisse tisser de sommeils en sommeils

dans les soies du pelage persiste l’odeur de feuilles l’odeur de la forêt

la terre et ses racines

le soleil et ses bractées

le sommeil respire en soulevant l’univers comme s’il était devenu cette bulle d’air

portée par le vent

s’offrent les coussinets et les vibrisses les griffes rétractiles et les canines d’un blanc ivoire

du carnassier dont le moteur soudain se met à ronronner  


Éclat

1c05e6daed3e8c2cc920908c30fda2a9À peine visible l’éclat brillant de sa pupille

point blanc d’une étoile dans la nuit

se reflète un univers de fougères presque transparent

quelque chose d’infiniment doux et de dur et de cruel

le point où son âme se ressource peut-être

une projection de son ombre intérieure vers le restant du monde

laissé tel qu’il se regarde sans signe sans signification

Un chat noir

32fd894d0fa64757f9d8cfa4ae37670a
Les parents finissaient bruyamment un repas qu’ils avaient partagé avec quelques amis et plusieurs bouteilles de vin. Aucun ne prêtait plus la moindre attention aux deux enfants qui avaient choisi de jouer à grimper dans les pins en échangeant des cris de singes. L’imagination les avait fait voyager jusque dans les forêts épaisses et humides d’un pays très lointain.
Il faut dire que la journée avait été chargée en électricité. Le temps était lourd, il faisait chaud et les adultes nerveux, agacés n’avaient presque point cessé de crier, de gronder les enfants, de leur faire des reproches inutiles. Pourquoi faudrait-il empêcher d’aussi jeunes enfants de jouer, de montrer de l’ardeur, de la curiosité?
À midi, alors que la mère venait d’ordonner aux enfants de se laver les mains et de passer à table pour l’un des interminables repas de la journée, l’éclair d’un orage sans larme coupa brutalement l’électricité. Le père muni d’une lampe de poche dut se rendre dans la cave sombre, humide et voutée. Après un parcours rempli d’embuches, il parvint enfin à se trouver en face du compteur électrique. Le courant rétabli, on put poursuivre les préparations du repas. En prévision de la pluie qui allait probablement tomber vive, on servit finalement le repas à l’intérieur et non dans le jardin comme les enfants le désiraient tant. La mère ne se lassait point de faire des remarques au père sur la vétusté de la cave- dans laquelle elle n’allait jamais-, sur l’installation électrique défaillante, sur les portes qui grinçaient, les peintures qu’il aurait fallu refaire et sur le jardin. Dans un coin du jardin, poussaient librement graminées et fleurs sauvages. À cet endroit seulement l’herbe se montrait verte, tendre et follement joyeuse de vivre. Partout ailleurs, la végétation était horriblement disciplinée à un point tel que certains buissons n’avaient pas eu d’autre choix que de se laisser mourir en signe de protestation. Protestation qu’on était incapable d’entendre dans cette maison.
Les signaux de détresse n’avaient pourtant pas échappé à celui qui se trouvait de l’autre côté du mur et qui vivait dans la propriété voisine. Là, à tous les levers et couchers du jour se tenaient de flamboyants concerts de saveurs et de parfums. Les fleurs tenaient à imprimer chacune selon leurs propres coutumes de leurs présences parfumées les tableaux que le vent, l’air, le soleil et les brumes composaient soigneusement guidés par les mains d’un chef d’orchestre invisible, discret, muet: un jardinier.
Ce jour-là, avant la foudre, avant les cris et les reproches, avant les repas infiniment mouvementés de paroles fortes et dures et presque crues, à l’aube, il avait trouvé le cadavre momifié d’un hérisson. L’animal semblait dormir recroquevillé sur lui-même, piquants dressés contre le restant du monde. Un monde qui clôture les jardins, un monde qui retire les feuilles séchées, un monde qui le méprise lui et ses habitudes tranquilles de voyageur nocturne.
Ce jour-là, avant tout, il avait été heureux d’entendre à nouveau les sifflements des milans royaux se partager l’azur. Il avait souri quand il avait compris qu’il ne lui resterait plus une seule poire et que c’était le prix réclamé par les geais pour fêter leur retour. Ce jour-là, il s’est senti réconforté par cet alignement magique des évènements, par la logique des choses. Ce jour-là, il se disait qu’il n’avait pas en vain regarder des nuits entières les étoiles filer dans le ciel obscure.
Les enfants jouaient à reproduire les comédies aux quelles ils avaient assisté sans toujours les comprendre. Ils jouaient à recréer des cortèges de paroles guerrières, à mimer le mensonge, à troubler le soleil dans les aiguilles de l’arbre en l’interpellant, en lançant des menaces à qui veut les entendre. Ils s’habituaient au monde que bâtissaient de générations obscures en générations dévotes et superstitieuses leurs parents.
Un chat les regardait. Un chat au regard de jade. Un félin au pelage soyeux et à l’allure veloutée les observait tranquillement assis sur le muret, à l’orée de son territoire. On entendit des rires hargneux et ces interpellations grossières: « Hé le chat! Hé chat noir! chat de malheur! vilain chat de sorcière! » Le félin feint de ne rien comprendre, resta assis à la frontière de son jardin. Lorsqu’il quitta sa place avec calme, grâce et une souple volupté qui laissait comprendre qu’il était maître et roi. Dans l’arbre, il n’y avait plus d’enfant, plus de cris et autour de la table à la place des hôtes et des parents ne restaient plus que quelques pommes de pin.