Un jour de marche

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La brume cache les pieds de la colline et en mord le sommet.

Les pins portent le ciel sans montrer la moindre faiblesse face à l’éternité.

L’aube et le crépuscule se lèvent avec la même certitude pour dépeindre la vie telle qu’elle est dans ses mouvements quotidiens.

Les hommes en sont l’écriture.

On les rencontre qu’ils se hâtent

ou qu’ils se reposent,

qu’ils travaillent le dos courbé dans les rizières ou tirent le filet de pêche.

L’horizon se recouvre de neige, se noie dans la mer ou se perd dans les forêts vertes et noires de la montagne qui domine souvent la vue au large.

Le chemin nous mène jusqu’à ces endroits du paysage où le temps se fige pour nous permettre de le penser. Il nous reste à reconnaître dans ses nombreux détails, la beauté par étape, après une longue journée de marche.

Essentiel

RIP Storm Thorgerson (1944-2013)

 

Lorsque les émotions m’envahissent, j’entre dans un monde où le ciel est plusieurs, où la terre ne dessine plus une ligne à l’horizon mais déploie une chevelure qui se noue et se dénoue continuellement.

Mon existence alors ne se balance plus entre le oui ou le non mais s’entraîne à faire face à une infinité d’espaces où les possibles sont la raison. Un cordon ombilical me lie aux étoiles et je marche comme une onde sur des tapis volants. Le temps semble s’être fait sable et plus rien n’a de sens.

Dans ces moments, il m’est difficile de reconnaître l’autre et les limites qu’il impose à sa réalité bicéphale. D’entendre son langage, de comprendre les doubles sens. Et je sens combien c’est difficile pour certains d’admettre que le monde qui me submerge n’a pas que trois dimensions mais que sa réalité en possède plus que nous ne pouvons l’imaginer.

Ce ne sont pas des états qui me font perdre la conscience mais qui au contraire me confrontent à une réalité qu’on ne peut que rêver. Que se résoudre à la nier, c’est comme se crever les yeux, s’amputer de facultés qui nous sont nécessaires pour progresser.

Mes mots, mes tentatives d’encercler la poésie comme si j’avais à la dessiner comme une galaxie ne représentent rien. Rien qu’une particule d’un néant en train de se perdre en voyageant dans ce que j’en ressens.

La baleine

Steffen Binke. Dwarf Minke Whale, Great Barrier Reef, Australia
Steffen Binke. Dwarf Minke Whale, Great Barrier Reef, Australia

Échouée son ventre gonfle son haleine empeste

cet ennuyeux dimanche

où l’on ne joue pas

où l’on attend que les heures meurent d’elles-mêmes

ne s’arrête pas d’enfler et d’enfler

les nageoires caudales ressemblent à des bras

qui viennent de tout laisser tomber

d’abandonner la liberté qui doit bien nager quelque part

un corps ronflant un corps géant gît

sur le canapé du salon

la main de maman frôle le sol comme celle d’une morte

pourvu que la baleine ne se mette pas à geindre mon prénom

avant que je n’aie fini de dessiner l’océan bleu sans horizon

qui la remettrait peut-être à flot

Horizon

Untitled, Artwork by Alex The One

Mon corps docilement déployé comme un pétale se laisse envelopper par les frontières précises de tes deux bras dessinées d’un seul coup de crayon solide tes épaules forment l’unique horizon de la nuit sur ta peau je lie mes milliers de soupirs à tous tes grains de beauté de la fente laissée par ta dague de jade perle le plaisir verse des larmes

 

Rutilants

Entre deux langues

de terre

un bras de mer

des côtes brulées par le soleil

et des montagnes que le ciel grignote

donnent des prénoms au pays où

parfois se dresse à l’horizon le fantôme

d’une forêt

un attroupement de buissons

une galaxie d’épines simulent l’abondance

l’ombre d’un nuage galope sur les pelages

rutilants des prairies

mes voyages avalent tous les chemins amers

tous les nulle part où jamais personne ne vient

Édifiante apparition d’un lac

Scholar Viewing a Lake
Kano Tan’yu | Japanese | 1602-1674

Le paysage se plie

à la volonté du rêve

ainsi que le ferait la brume pour la pluie

en gommant les étendues faciles et l’horizon

lac et ciel ne forment plus qu’un seul et même espace

les frontières semblent s’abolir et devenir

d’inutiles traces

l’homme est plus petit que le pas

auréolé de la libellule

la barque est comme le cil

du regard qui s’incline

la feuille suggère l’arbre ou la montagne

la réalité le mirage

Seule demeure

accessible à tes méditations

l’évanouissement éternel

du présent

les arbres formaient une prison pour l’horizon

et soudain je compris que ce que je tenais

entre les mains n’était qu’une infime parcelle

du néant

Machinerie

Troop Ships
1887
James McNeill Whistler , (American, 1834-1903)

À l’horizon

se pointe une ligne

écrite à l’encre noire

on distingue à peine

qu’elle parle de navires

et de naufrages

on n’en lit que la peine

et la peur au ventre

on rentre se mettre à l’abri

qui rêve encore de porter des ailes ?

Dévoilée

 

Comme une dragée cachée

entre le palais et la langue

tu laisses attendre

les marées et les vents

les cieux difficiles

attendre avec la voile

lactée dans le ventre

et l’envie de toujours partir

de croquer l’avenir de tenir

le temps en laisse

attendre cette délivrance muette

qui recouvrirait enfin l’horizon

de sa réponse plus limpide

que le ciel

 

 

À l’horizon

Tu respires comme la mer qui vient te baiser furtivement les pieds. Tu viens de te retourner comme si tu voulais m’inviter à quitter mes jeux. Petits voiliers, frêles embarcations que les caresses du vent mèneront vers le large. Je te suis. Dans la main qui rythme ta promenade, j’ai discrètement glissé le petit galet chaud de la mienne. Dans ta main, ma main y retrouve la même chaleur joyeuse. Ils peuvent bien se moquer de moi et de mon étrange papa, je sais moi, que tu me montreras ce qui ne se regarde pas et qu’ils ne verront pas. Près de toi, portée par les flots de tes paroles, soulevée par les rires de ta voix, la lumière.

Ce vieux morceau de bois planté dans la terre, rongé par les embruns sera notre point de départ. L’indice qui pointe l’éternité bleue au dessus de nos deux têtes. Nous marcherons sur les dos des baleines, écouterons le recueillement leurs voix par les criques. (Seraient-elles des sirènes ?)

Nous apprendrons à ne rien dénigrer, à ne rien défaire, à rire. Nous marcherons sur les morceaux de ciel, balayés par le vent, abandonnés généreusement entre les rochers pour les rafraîchir. Nous nagerons secrètement dans les jupons mousseux des vagues qui domptent le ciel jusqu’à ce qu’il devienne crémeux. Nous nous laisserons pendant des heures (les moins dangereuses) bercer par le soleil, nous nous amuserons de ses coupantes extrémités tout au long de l’après-midi. C’est à la contemplation muette, que toi et moi, éberlués, passerons le plus clair de notre temps. Pour la beauté de l’horizon qui se laisse rejoindre par la mer, il n’existe pas vraiment de parole, pas non plus de silence, peut-être et seulement l’applaudissement éternel des vagues.