Noir au fond de son âme


Simulation du comportement d’un rayon lumineux bleu à l’approche d’un trou noir (non visible). À mesure de son approche se produit un effet de dilatation du temps. À cause de cet effet, la longueur d’onde de la lumière augmente, et la couleur de la lumière passe progressivement du bleu au rouge, en passant par toutes les couleurs ou longueurs d’onde intermédiaires.

Le vent chante au quatre coins

de la fenêtre

d’une flamme il

incendie le cadre

il prendrait feu le tableau

s’il ne faisait noir au fond de son âme

s’il ne pleuvait pas inlassablement  dans 

sa tête son ventre

des singularités

le vent est l’instrument des étoiles

qui tendent leurs vrilles et filent vers

l’horizon des évènements

qui les avale

Orage

Au dessus de la mer
le ciel est un mirage
la ligne imaginaire
qui les joint l’un à l’autre
est absente
tirée par un cil de lune
une vague et son écume
annoncent les nuages

une gorgée de vent
une gorgée de ciel
une gorgée de source d’entre les pierres
l’orage est en mer
mais qui s’en soucie ici

un cheval comme une nef
rapporte du large
une robe presque noire
déjà grise fouettée de lumière encerclée
d’ombres formant des o

Ce qui bouillonne je le comprends
c’est ce que personne ne peut voir
de prime abord
cet univers sous-jacent qui prend tant d’espace

sous la surface où accourent les larmes
se mélangent en un éclair

impressions et sentiments

se défont de leur fourreau de soie quelques
psychés
la nuit se rempli de chants
inouïs

Antre

15875432_359418551102182_6176054266455731068_o

Cave- Bertrand Els

©Bertand Els

Mémoire minérale assemble
heures et journées
en faisant d’elles coulées de laves
ruissellements d’étoffes chaudes et froides
objet improbable optant pour la fluidité du feu
et la brûlure sèche de la faille
écriture folle à lier déliant les langues ancestrales
celles qui ne parlent jamais de la nuit en la dénonçant
toujours ma solitude enrayée divague
au plus profond d’elle le rêve et
ce qu’il reste d’éclats aux miroirs noirs
la transcription brisée hallucinée de
l’écho diffus
un enchevêtrement cosmique
se propage à la manière des vagues et des naissances
chaotiques

Territoires

tumblr_ntl6ugwAQG1rvcmm7o1_1280

Secret Skeleton Image from work by Guisheng Zhong and colleagues Harvard University, USA Originally published under a Creative Commons Licence (BY 4.0) Research published in eLife, December 2014

il pleut
des étoiles
car chaque goutte
étincelle
et parle
et ce n’est pas l’ensemble du ciel
qui pleure
ce n’est juste
qu’un tout petit endroit
là où les perles
se trouvent à l’étroit
dans le noir démesurément
froid
il pleut
mon rêve
éparpille
les mots
intersections du souvenir
s’agrippe
malgré moi
l’araignée qui règne
sur mes territoires
afin qu’il ne reste
au cœur comme le nombril
d’une tornade
plus que
l’oubli viscéral

Pièces

jaybrockman: More work by Robert Toll. Pieces of metal become pieces of art. #metal #fineart #figure #art #dtla #losangeles #ca (via colin-vian)

jaybrockman:
More work by Robert Toll. Pieces of metal become pieces of art. #metal #fineart #figure #art #dtla #losangeles #ca
(via colin-vian)

Je construis un château de cartes

entre les lettres le vent aisément

glisse ses doigts d’enfant

chaque mot se soulève telles

les lames vertes de la mer

Je construis des constellations

qui ne relient entre elles

que des graines de poussières

un sourire moqueur et voilà

qu’elles pleurent

Je me construis des ailes

qui battent l’air comme ton coeur

brasse la vie tes paupières les souvenirs

j’apprends tout doucement

à marcher sur les aiguilles séchées

des pins d’Alep

qui servent d’éclats à l’été

qui se brise à leurs pieds

Aidé par le vent

Ocelot ( Leopardus pardalis ) photographer unknown (via story-of-fame)

Ocelot ( Leopardus pardalis ) photographer unknown
(via story-of-fame)

À côté du palmier qui se baigne

tout frétillant dans le ciel aidé par le vent,

il y a son ombre qui semble habiter un autre monde.

Parfois surgit pendant quelques secondes l’ocelot

qui quand je le regarde replonge vers l’arbre et disparaît.

L’ocelot, pluie d’auréoles blondes et de cerceaux sombres.

L’ocelot fait de la nuit qu’il arpente une divinité aux accents fauves.

L’ocelot, apparence que prend la conscience

pour se moquer de mon esprit qui se laisse

si facilement ronger par les peurs inutiles

qui font de la vie des haillons que plus personne

ne souhaite porter.

Dans tout arbre qui tremble et frissonne

d’amour pour l’impalpable énergie

du coin de l’oeil, depuis ce morceau évanoui de l’âme

surgit ce qui finit toujours par ressembler à un poème.

Si je le questionne, il ne me répond rien.

Si je lui donne une forme parfaite, il se brise comme une tasse en porcelaine.

Si je le sonde, il disparaît.

Point

Spider's Web Diatom Trouvé sur thingsthatquickentheheart.blogspot.com

Spider’s Web Diatom
Trouvé sur thingsthatquickentheheart.blogspot.com

La première fois qu’il s’est manifesté, je devais avoir 7 ans. D’abord incertain, invisible, trouble, par sa taille il ressemblait aux points qui terminent les phrases, à ceux qu’on frappe contre la table, à ceux que vous attrapez en plein visage. Tous les jours, je partais de ce point d’ écriture bleu-foncé pour tenter d’être moi-même face à moi-même. Construire le jardin secret dans lequel j’espérais pouvoir m’étendre afin de participer à la vie. Rien ne me plaisait plus que le point, telle une île fantôme au large d’un immense silence qui me permettait d’être sans mot dans le mot, d’être l’imprononcée, fiancée aux mots qu’on ne prononce jamais, mots muets qu’on ne lit pas mais qu’on regarde comme on observe les étoiles. Le point était sur toutes mes pages. Comme un nombril, comme l’oeil d’une tempête, comme la saillie du silence le plus complet.

Pour la plupart des choses courantes, je me passais de langage parlé. N’importe voix me faisait mal. Parfois, j’étais bien obligée d’inventer une langue. Provisoire, uniquement destinée à se décliner au présent, à n’évoquer que l’instant blotti à ses pieds. J’avais peur que la voix se prononçant pour la seconde, dans ses reflets éclatants ne la transforme en point mort. Seconde après seconde, les mots détournés de leurs libres trajectoires, sans même réellement le vouloir signeraient leur propre décadence, leur disparition dans le cri, dans le bruit ou le chuchotement malveillant. Leurs vies seraient froides.

En grandissant, peu à peu le point prit de plus en plus l’allure d’une flaque d’huile, d’un lac lent qui ne pouvait se mélanger avec le reste. Le point se refusait à être le départ d’une écriture, la fin d’une phrase. Il était le grain de sel que je déposais partout sur les bouts de langue. Les événements vécus de ma vie étaient totalement inconciliables avec ceux contenus dans le point.

Les nausées, les pertes d’équilibre sont survenues brutalement en même temps que les « prises de conscience » vers l’âge de 13 ans. La conscience c’est ce fardeau dont on vous charge à un moment donné de votre vie. Un ballast qu’on remplit de culpabilité pour vous faire couler ou vous maintenir dans le troupeau de flots. Caillou que j’ai dans le ventre qui se déplace en rampant tels les serpents, caillou qui pousse à la place du coeur et finit par occulter et tenir dans un piège poumons, respirations, rêves. Dans la gorge, il vous reste toujours des larmes, des tonnes de larmes que vous ne parviendrez jamais à écouler. Quand il tombe ce caillou grotesque, lourd et solitaire comme une ancre au fond de la mer, l’onde de choc se propage bien au-delà de la conscience, elle vous rend coupable, vous brutalise. Bruits de houle, incendies de cris, de grincements. Tout se disloque. Tout sauf, elle l’île, la méduse, cette incertitude, cette servitude. Quel lien direct le point a-t-il avec moi? C’est lui, je crois qui me permet d’ atteindre l’endroit où le silence se baigne, mer bleu-foncé qu’enlacent les rives du songe.

Les médecins consultés, les amis aux quels j’avais confié l’existence du point, tous se sont entendus pour convenir qu’il fallait l’appeler « maladie ». On a cherché à la localiser dans le cerveau mais les scanners et les radiographies n’ont montré que des méandres.Des spécialistes ont dressé le portrait robot de ce point malade. On a aussi prétendu que je l’avais inventé, que cette maladie finalement n’était qu’un spectre. On a dit que son ombre même était nocive et que puisqu’elle me cloîtrait dans le silence, elle risquait par je ne sais quelle puissance de s’en prendre aux autres.

Cette idée du point m’a rendue réellement malade. Il fallait que je le cerne, que je lui trouve des racines, que je l’extirpe, que je l’étripe déclarant à haute voix tout le mal que je devais ressentir à cause de lui planté en moi comme un clou. Finalement, je conclus de dire même si je savais que cela était totalement faux que le point, c’était moi. Moi, semblable à la pieuvre qu’ils voyaient partout dans les mouvements du point, moi semblable à une araignée prête à étendre un piège aussi transparent que tenace et soi-disant dangereux. Jamais en des années de traitements, d’enfermement, jamais dans aucun des camps, des hôpitaux, des maisons d’accueil, jamais il ne s’est trouvé quelqu’un pour changer de point de vue et dire que mes toiles en soie filtrent les brouillards et retiennent ses larmes. Je me suis efforcée de mettre le point de côté mais finalement il a choisi de se planter et de germer à la place de la pupille, un point pour chaque oeil. Noir et rendu à zéro, auréolé de l’iris, le point est dans mon regard, l’espace qu’il occupe voyage éternellement du monde à voir au monde à recevoir, du monde sensible au monde incompréhensible.