Le peuple des plantes

©cc

Par la fenêtre je vois
la corneille mantelée tenter de résister
la mer murmurer de plus en plus de vagues
la première colline absorber toute la chaleur du soleil
les montagnes peu à peu se faire manger par des nuages

Les sommets enneigés diffusent leur haleine froide
Les versants frissonnent
La mer grelotte
Les voix chaudes du vent descendent d’une octave
Dans les forêts pourtant
Le peuple des plantes refuse de se soumettre

Sortie du troupeau

OLYMPUS DIGITAL CAMERAJ’irais brouter le ciel dit-elle
mais moi c’est son œil
que je regarde
son adaptation à ne voir
que les brins de lumière qui poussent un peu partout
elle lit dit-elle dans les partitions musicales des rochers
sans la moindre difficulté
l’histoire de leurs contractions
au delà dit-elle d’une voix de grelot
des orties argentées, des feuilles bleuies
je vois
la mer
toujours la mer
aux pieds des collines
attendre
attendre
que je lui fasse
avaler les cailloux tombés dit-elle
du ciel