obscurcissement

Javier Perez

La nuit est une fleur araignée

bleue elle se tisse des pétales et des pistils

en soie pour féconder les esprits et empoisonner les cauchemars

les étoiles palpitent comme des poissons

dans les filets de bulles chantés par les dauphins

prises aux pièges des constellations

constructions mentales voulant dompter la folie de l’éternité

elles s’écartent des voiles tendus entre les nuages

l’animal se transformerait-il en être humain

en contemplant les battements de cœur fébriles de la lumière

la nuit me regarde comme un insecte qu’elle s’apprête à dévorer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s