Etangs salés

Par Hedwig Storch [Public domain], via Wikimedia Commons

Sous tes fenêtres coule une rivière de chevaux blancs

son galop érode les galets dans un bruit de sabots

mais toi déjà tu t’agrippes à l’écume comme à une poignée de crins au sommet d’un garrot

tu sais bien que cette attitude est intenable

il est présent à tout moment cet instant où il faudra lâcher prise

à moins que soudain tu te décides à suivre le troupeau torrentiel des mots

jusqu’aux étangs salés qui les privent de larmes et de souvenirs

et partagent avec toi quelque désir impossible à accomplir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s