Levant blanc

La mer avale les rochers sans faire le moindre bruit

Sur la pointe de celui qui semble désormais flotter dans le ciel

La larme blanche et solitaire d’un oiseau

Qui a fermé ses ailes et se laisse aller à rêver

Sans bouger

La mer transporte toutes les apparences du bleu

Afin que d’un seul regard je puisse les cueillir

La saveur de l’existence prendra la parole

Sous la forme d’un souvenir laiteux

Peuplé de vagues

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s