Une marée de plus

Jessica Lloyd-Jones Anatomical Neon

Le vent se mêle aux flammes de la symphonie

qui se joue aux abords des rochers

des phrases aux quelles aucun point

ne met de fin

incendient l’air comme les frissons de l’angoisse

mon esprit

la lumière prise au filet tente de fuir

 

Dans le ciel entre la lune

brillante rivière peuplée de lys

J’aimerais naître sur la planète

qui me parlerait de la chaleur de ton corps

comme de l’enveloppe

de la lettre d’amour

que tu destines à l’infini

 

Les ombres au lieu de m’étrangler et d’étouffer

comme des fantômes mon rêve

se répandraient comme l’onctueuse chevelure bleue

de la nuit

elles porteraient en elles la saveur

de ce qui jamais ne se crie

mais qui trouve en toi la force de couler

sous la forme animale d’une larme

 

L’être essentiel se contenterait d’être

une marée de plus

tiré par les chevaux bais

de la lune éblouie la nuit

le jour par ton regard automnal émerveillé.

 

 

2 commentaires sur “Une marée de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s