Étamines

Dans le firmament les étamines rouges

de la fleur rien d’autre

pour annoncer

que la nuit sera violette

pour dérouter les néants méandreux 

des intelligences s’érodent en écrivant à la volée

des pavés de non-sens

à la lecture s’évaporent sous les mots sentencieux

ce qui se cachait à la source et puis à force s’épuisait

sur ces pages entre les lignes et les sous-entendus fabuleux  

En Trop

e00e1ddbf4bd08f151919b6e568eaa0f

by Jaime Corum

Quand je ferme les yeux je te vois
m’encercler de tes galops doux
rythmant au travers de tes pas
toutes mes hésitations et les tremblements
incertains de ma voix

Alors je ne ferme plus les yeux et je crois
qu’ainsi je pourrais échapper au passé
celui qui m’avait défait de moi et
t’ avait rendu presque muet

Alors je ne ferme plus les yeux
que pour te regarder
conquis par la liberté d’être
ou de te dissimuler sans accorder
la moindre chance à la violence

Quand je ferme les yeux je me vois
tel que j’aurais dû être au galop
si tu n’avais pas été qu’un rêve
dénoncé comme un maladie
de trop


Source image

La Dame à la Licorne

Enregistrer

Tout ce que je ne comprends pas

J’ai peur. Ne me demande pas de quoi. Je ne sais pas. Peut-être n’ai-je peur que de moi. Sans comprendre pourquoi, je sens la peur en moi. D’abord, toute petite, elle se déploie alors que je respire. Elle prend toute la place. Elle sort de mon poing, saute sur mon cœur, galope dans mes veines et se couche sur mes poumons. Elle me fait perdre la voix, brouille ma vue de larmes et picore quelques uns de mes plus beaux rêves pour que je les oublie. J’ai peur.

J’ai peur du noir, celui de l’ombre, celui de la nuit et des morts. Je n’ai pas peur du bleu, même très foncé. J’ai peur du rouge, celui du piment, celui du sang, celui qui pue la haine. Je n’ai pas peur du rose. J’ai peur du jaune. J’ai peur des hypocrites, on ne sait pas ce qu’ils pensent. Ils ne parlent pas clairement, se cachent derrière les doubles sens. Au lieu de jouer, ils tuent l’espérance. J’ai peur du gris. Celui de l’orage et de la pluie. J’ai peur du bruit. Violent . J’ai peur du silence. J’ai peur de la souffrance, la torture qu’elle impose à l’autre. J’ai peur de la douleur, sous toutes ses formes, même les plus petites. J’ai peur des rats qui transmettent la peste et des chiens que l’on dressent à mordre. J’ai peur des femmes. J’ai peur des bourreaux, des joueurs de rugby et de foot. Ma peur devrait pouvoir se limiter à cela, ne crois-tu pas? Et bien non, là où je m’habitue à elle, elle ne reste pas. J’ai peur de tout ce que je ne comprends pas.