Soudain

XENIJA NEMIGO-LETARGIJA

La tourterelle appelle mon coeur comme si
il était encore celui   de la petite fille

Ce coeur si mou et incertain qu’il frissonnait


comment répondre à la liberté du printemps dans le ciel
alors qu’on se sait prisonnier d’une cage d’un jardin encerclé de murs si hauts
si durs

et que demain il faudra subir encore et toujours les cris de la cour de récréation
les bousculades et les regards noirs de tous ces adultes bras croisés
qui laissent se produire comme si soudain ils étaient impuissants

L’embrigadement 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.