Ouverture

Derrière le torrent brûlant de mes larmes,

il y a mes yeux, l’abîme sombre.

Mes paupières recouvrent avec pudeur mon regard égaré

comme l’enveloppe fermée et cachetée d’un c

la lettre que je ne t’ai jamais envoyée.

Je deviens un lac immense aux eaux laiteuses,

je sens comment elles mesurent les courbes songeuses des minuscules,

sondent le dédale des phrases sans points de beauté.

Des fleurs de lotus surgissent et les deltas se noient

dans le ciel blanc. Une clarté brutale s’étale,

mon cœur comme un soleil

se met à briller avec une simplicité

qui me surprend.

Ta voix

45db346c71955de9a3b291ccb432ea23

Je crois qu’il s’agit d’un nuage venu depuis derrière l’horizon. J’entends comme il déploie ses ailes semblables à celle de l’albatros hurleur. Mais c’est ta voix, onde profonde qui tombe solennellement sur moi comme les auréoles du soleil.

Agile, elle monte jusqu’à rayer les larmes et puis elle s’en va à pas de chat. Elle rebondit, danse et saute. Ta voix réchauffe l’air de ses origines masculines. On croit qu’elle sombre mais elle plane dans une même et seule caresse. Elle n’est ni rauque, ni fade, elle est grave et lucide.

Si j’osais regarder le ciel, je pourrais savoir qu’il ressemble à une perle ayant le même éclat presque dissipé de ta personne.

Tu n’oses pas porter ta voix parce qu’elle ne ressemble à aucune définition qu’on invente pour corrompre. Tu crois qu’elle se déforme, qu’elle te trahit laidement alors qu’elle pose tes phrases comme si elles n’avaient pas de poids alors qu’elles décrivent l’étrange chose invincible qui brille en toi.

Ta voix n’est pas une flétrissure, une porte qui claque, quelque chose qui se calque. Ta voix n’est pas celle d’un mort, ni celle de ce fantôme qui se répète à l’infini sans jamais entendre qu’à l’intérieur de lui il n’ y a qu’un simple puits.

Tu te punis, j’entends que parfois tu l’étires comme si elle n’était qu’un vulgaire élastique, que tu la promènes dans les rues glauques qui n’ont que les regards des avares et des charognes qu’ils dévorent.

Ta voix ne parle pas pour les autres, elle ne parle que pour toi des mélodies complexes que forme harmonieusement ton esprit depuis que tu es tout petit.

à B.

Volatil

La pluie picore

le toit de la véranda

elle picore les pavés de la route

les chemins de terre du parc

elle picore les feuilles des arbres

les épines des buissons

elle picore les dernières graines de soleil

avant la nuit

petites poules de cristal

elles sont des milliers à picorer

mes larmes

♠ Visiter le site de Louis Thomson cliquez sur l’image

Avisée

untitled (30.III.2010), 2010
Aleksandra Domanovic

Comme si elles étaient en parchemin

ta voix se froisse ta main se crispe

ton pays n’existe plus sur aucune carte

qui en dessinerait les contours

ce que tu prends pour un dernier indice n’est plus que la veine bleue

qui monte en tournant de ton bras jusqu’à ton âme

et te coupe le souffle à quoi te servent ces voyages de fantôme

si ce n’est à fracasser contre de sombres murs

les éclatantes clartés de ta certitude

parfois dans le fond de la gorge

tu la sens cette larme aiguisée

de la solitude