Abjections

Berlinde de Bruyckere. Suffering and protection

 

J’ai mal à la jambe :

je voudrais qu’on me l’arrache

comme une mauvaise dent.

Des racines brûlantes

bloquent les articulations

en dispersant des aiguilles de métal.

 

En moi s’est formée une douleur errante,

une plaie qui pleure des heures et

qu’une main de lâche ouvre ou referme

comme une porte en bois aux charnières

sorties de leur axe.

 

La souffrance explore mon âme

elle voudrait que je cède

et me torde de laideur

mais même si je tremble et ai peur, je témoigne :

je ne suis pas une maladie, je ne perds pas de pus.

J’ai simplement mal jusqu’à la moelle

qu’on ne le comprenne pas.

 

Fictif

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je croyais qu’entre toi et moi

il ne restait pas qu’un espace vide,

que tu voyais que ma main

effleurait tes silences

t’attendait en retrait avec la patience

limpide et solide du cristal.

Les plumes légères de tes ailes

sont devenues des griffes,

elles ne protègent plus

tes sentiments fantomatiques

tu n’as plus de visage,

voilà que je l’efface facilement.

Sont nés de ton labyrinthe de non-dits

des vieilles rancunes,

des espoirs déchus.

Tu n’aimais plus que gouverner

mes heures.

Voyais-tu encore seulement que j’existais

à la manière des anges et que mes plumes

servaient à me décrire en transparence ?

À quelles paroles as-tu prêtées plus d’importance ?

La forme la plus simple d’aimer

est la sincérité.

Alors, je me suis envolée à tout jamais

sans éprouver le moindre regret de m’être gaspillée rien

que pour toi et cette île au trésor qui n’existe pas.

Je croyais vraiment que tu te consacrais à la construire.

Je ne suis plus une colère,

le fantôme qui tremble

de ne pas correspondre aux moules

dans lesquels je ne faisais que fondre

en larmes

comme les déchets d’échecs en échecs

de dépressions en dépressions.

Aujourd’hui

je monte et te démonte.

Je suis désormais si loin de toi

que je ne reviendrai pas.

Il n’y a plus de haies

nerveuses du piaillement

de moineaux qui se disputent

un morceau de faux printemps

ni de passants perdus

qui pourraient me parler

de celui que tu es

vraiment devenu

à côté de quelques cendres

et de ce magma noir qui a

tellement vieilli qu’il est devenu

dur.

T’es-tu seulement aperçu de ce que tu as perdu ?

Caravelle

« Clearing » by Holly Grace (Sand Carved)

Quand je contemple mon existence, dans chacun de ses épisodes,

il me semble ne plus apercevoir que les structures produites par mon esprit en se servant d’un langage.

Il ne reste parfois que des squelettes dénudés de réalité. Ils se rassemblent pour former des essaims,

l’insecte est une phrase qui tremble sur son socle. Ils coagulent en dessinant des paysages où la lumière serait produite par le vide

entre les feuillages et par tout ce qui ne se dit pas dans les phrases.

Les structures imaginées se dressent comme des temples de dentelles, des forêts sacralisées ou des tombes muettes.

Elles tissent l’espace avec le fil perdu d’une histoire.

Les voiles d’une étrange et fugitive caravelle s’enflent ou s’enfoncent dans les profondeurs suaves du silence.

Un océan semble meubler la langue de fluctuations et débordements, les mots n’en seraient que l’écume ou les arêtes que laissent les vagues sur les plages ayant mis bas l’une ou l’autre marée sauvage.

Le langage est une échelle, une plante grimpante hallucinée. Où trouvera-t-elle la place pour nidifier d’une façon stable?

J’aimerais qu’on puisse boire à toutes les phrases en ne se servant que de son âme et révéler

au passant comment et pourquoi des ombres froides collent aux mots quand ils sont bercés par les traces et les images du passé.

Je voudrais qu’on puisse éprouver cette fraîcheur incomparable qui désigne à tout ce qui vit que quelque part on meurt aussi.

J’aimerais qu’on puisse voir leurs écarts se frayer une route parmi les dogmes inculqués par la peur. Il me faudrait toujours garder comme un bouquet de fleurs, juste en dessous du cœur, le doute et ses faibles clameurs.

Les mots ne vivent pas pour qu’on les broute, ne marchent pas en cohortes domestiquées, qu’en impitoyable jardinier au profit d’une seule et unique vérité, on charcute .

Dissection

Tu as cru que je viendrais portée comme une note de musique par des auréoles colorées.

Tu croyais que tu pourrais me prendre dans les bras,

me récolter dans tes paumes, me contenir dans un songe.

Tu voulais m’apprivoiser, tu pensais que mes rires soulageraient tes blessures. Tes petites entailles par lesquelles le monde se faisait sentir et semblait parfois ressurgir de tes plus sombres profondeurs.

Tu ne guériras pas de ce que la vie a maintenant fait de toi.

Ma tendresse est trop molle et mon silence avance comme les marées noires : il arrivera trop tard. Ton cœur est déjà froid.

Ton propre souffle est en train de t’asphyxier.

Sous ton œil, le cerne dessine comme un croissant de lune bleuâtre et dans ton ventre,

le noyau vicié d’un soleil écarlate tremble en entendant au loin les premiers cris de la mort.