Abjections

Berlinde de Bruyckere. Suffering and protection

 

J’ai mal à la jambe :

je voudrais qu’on me l’arrache

comme une mauvaise dent.

Des racines brûlantes

bloquent les articulations

en dispersant des aiguilles de métal.

 

En moi s’est formée une douleur errante,

une plaie qui pleure des heures et

qu’une main de lâche ouvre ou referme

comme une porte en bois aux charnières

sorties de leur axe.

 

La souffrance explore mon âme

elle voudrait que je cède

et me torde de laideur

mais même si je tremble et ai peur, je témoigne :

je ne suis pas une maladie, je ne perds pas de pus.

J’ai simplement mal jusqu’à la moelle

qu’on ne le comprenne pas.

 

Un commentaire sur « Abjections »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s