Substance

« Beauty of the Brain »

Au milieu de mon pays

inscrit dans l’abandon lascif des rivières,

les fins doigts de ton intelligence

habilement nouent des alliances.

Les petits points précis se rassemblent pour former un chœur.

L’onctuosité bruissante d’un jardin

que l’on met des milliers d’années

à inventer se déploie.

Parfois du dos de ta main, tu fais naître des vagues

semblables aux chants de lumières qui ondoient sur la mer.

Baume

Elle a posé ses mains comme deux ailes sur mes hanches

l’une d’entre elles a poursuivi les ombres qui voilaient mon âme

-le soleil portait le ciel dans son ventre-

l’autre s’est mise en frôlant mes rives sauvages et les lichens secrets

à invoquer les vertus opalescentes et douces du jade

 

Indécis

Ebru Sidar – undecided

Je suis celui qui ne trouve plus de mot

qui n’a jamais reçu de nom

si ce n’est celui inconnu oublié

du mépris ou de l’ignorance

je suis celui dont les lèvres ne rencontrent plus de soif

dont la gorge et l’espace

des rêves sont remplis de poussières et de faits

sans intérêts

je suis celui dont les brumes et les nuits blanches

on fait un fantôme

fantasque collectionneur d’erreurs de chagrins et d’impasses

parfois il arrive qu’au sortir d’un dédale

le silence et le froid me referment

étrangement les bras

Émoi

Resin cast of heart blood vessels

Ω

Mon âme n’est parfois plus

qu’un mouchoir dans ma poche.

Petit lambeau d’étoffe, fine membrane fibreuse,

repliée sur-elle même, elle ne sortirait jamais de là.

Elle contient pourtant des galaxies de larmes

que je suis seul à contempler.

Elle contient les chuchotements des astres

lorsqu’ils valsent.

Il ne me reste souvent pour évoquer cela et mon émoi

qu’un seul signe vide.

Hollow

Une ombre mutilée règne comme une araignée

sur les voies que les veines suivent

pour entrer dans les poumons

elle déteint

pour ne former plus qu’un rocher

de cette région froide        l’élancement         du silence

part en spirale à la conquête de l’infiniment petit

atteint les plages sacrées de l’âme

comme une armée de lambda

Lambda-logoλ

Florale

 Georgia O’Keeffe, Flower Abstraction, 1924. Oil on canvas, 48 × 30 in. (121.9 × 76.2 cm). Whitney Museum of American Art, New York; 50th Anniversary Gift of Sandra Payson  85.47  On view © 2009 Georgia O’Keeffe Museum / Artists Rights Society (ARS), New York


Georgia O’Keeffe, Flower Abstraction, 1924. Oil on canvas, 48 × 30 in. (121.9 × 76.2 cm). Whitney Museum of American Art, New York; 50th Anniversary Gift of Sandra Payson 85.47 On view
© 2009 Georgia O’Keeffe Museum / Artists Rights Society (ARS), New York

Quand la nuit s’habille de moire et de taffetas, qu’elle frôle les arbres, les feuilles de la même façon que les lacs, quand les ruisseaux et rivières roucoulent sous les lueurs de la lune pleine, je m’entrouvre.

Mon parfum aux senteurs d’ananas, aux saveurs sucrées rode parmi les roseaux pour te séduire et t’attirer vers moi. Je suis chaude, chatoyante, luxuriante. J’ai l’appétit d’une louve mais la patience d’un chat. J’attends.

Enfin, curieux et charmé, tu te déposes subtilement sur le bord de mes lèvres. Tu me découvres . Ton petit corps plein de rondeurs chatouille mes pétales. Tu t’enivres. En plongeant vers mon cœur, tu te laisses étourdir par ma chair. Tu te remplis de pollen et toujours plus fort me désires. Ma peau de nacre a le goût délicat de la vanille, la texture folle et légère d’un jupon de dentelle. Peu à peu, et sans que tu t’en rendes compte, je me referme autour de toi qui me fécondes. Nos corps fusionnent comme les aubades des symphonies baroques.

Tout autour de nous, le monde n’est plus que soupirs et mouvements onctueux de corps. Notre accouplement durera toute la nuit.

Aux premières lumières du jour, je te libère. Délicatement, encore légèrement étourdi, tu te défais de notre étreinte en m’offrant tes derniers baisers. Nous sommes métamorphosés. Tu t’envoles vers tes nouveaux soleils, je retourne gorgée de merveilles vers mes profondeurs aquatiques.

 Victoria cruziana flower

« L’intelligence des Fleurs » peut être téléchargée ici
On peut contempler les œuvres de Georgia O’Keeffe ici

À la perfection

Un essaim de larmes
m’assaille
et toi grand prédateur
dont le corps est majestueux
et sans faille
tu nages dans les eaux
de velours
tu fends sans équivoque
d’un seul geste comme un coup
de crayon
le trouble profond de mon âme
et puis sans te laisser ruiner et corrompre
par les sentiments
de pitié
tu repars vers les puretés océanes
sans laisser de trace.