La liste de mes angoisses inutiles

Dans ce livre, L’extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S Spivet de Reif Larsen, le jeune héros à la créativité débordante a eu entre autre, la bonne idée de faire une liste de toutes ses angoisses inutiles. Comme pour conjurer le sort, comme pour pouvoir aborder l’inconnu avec un esprit libre et ouvert, ou plus simplement pour rester l’enfant curieux et intègre, il s’entoure d’objets fétiches et d’instruments de mesure, il dessine pour tout ce qu’il observe des cartes, il consigne dans des carnets numérotés ses fabuleuses découvertes. Il refuse avec une lucidité enjouée le monde formateur des adultes, faisant de sa vie un jeu d’aventures et d’explorations. En plus d’être passionnant et drôle, ce livre (avec cartes et dessins à l’appui) offre plein d’instants de fraîcheur, de pureté enfantine sans jamais être niais. Il bouleverse bien des certitudes.

Se débarrasser de ses angoisses est souvent impossible et nous force à tenir un rôle qui n’est pas forcément le nôtre, à être des prototypes de nous-mêmes. Si elles ont l’utilité de nous protéger de certains dangers, il faut bien l’avouer, elles nous freinent et nous restreignent souvent. Les consigner dans un carnet, sur une liste est à mes yeux une manière originale et amusante de nous surpasser qui n’est pas forcément absurde.

Voici ma liste :

-une murène pourrait surgir d’une cavité et dévorer mon amour quand il se baigne en toute innocence.

-un imbécile pourrait me voler ma part d’amour (provenant de ce même amour se baignant innocemment)

-rien ne pourrait jamais plus se faire pardonner

-et s’il venait à ne plus pleuvoir ?

-les accès à la beauté pourraient me rester définitivement fermés

-le vide me rongerait jusqu’à l’os

-jamais plus je ne tomberais amoureux

-je pourrais perdre l’équilibre et ne plus trouver à la place qu’une ivresse absurde

-je me briserais comme une lame

-les mots pourraient me tourner le dos

-je n’aimerais plus la solitude et lire

-la mort me volerait à nouveau ceux que j’aime

-jamais plus de galop

-jamais plus l’amour, le sexe, l’idée.

-ma dépression serait continuelle, sans répit, sans pitié

– un fantôme pourrait s’asseoir à ma place.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.