L’ombre

Chiharu Shiota

La première fois, qu’elle s’est assise près de moi, je n’y ai pas prêté attention. J’ai cru à un nouveau trait de caractère. J’ai pensé que ce coup de crayon supplémentaire au personnage que je jouais me mettrait plus en valeur, révèlerait avec plus de brio celui que je croyais être. J’acquis certitudes et ennuis, de ceux qui vous conscientisent en vous volant l’innocence. Peu à peu, malgré un océan de questions restées sans réponses, je devins un homme adulte. Il devenait inutile d’interroger les nuages, de laisser les élans de mon cœur innocent s’étaler sur mes plages. Mon enfance devenait muette. Sa révolte faible et molle s’écoulait en silence et sans que je veuille m’en apercevoir dans chacune de mes larmes. Parfois, comme pour me rassurer, je jetai un regard au dessus de l’épaule, un regard en retrait. L’ombre était toujours là, plus solide et plus sombre que jamais. Elle semblait ne devoir jamais faiblir. Elle tranchait les blanches vérités, camouflait mes maladresses, maîtrisait l’angoisse. L’ombre grandissait et je ne remarquai pas que moi, je devenais toujours de plus en plus petit. D’ailleurs, mes amis n’étaient-ils pas eux aussi portés par cette ombre. Leurs compliments et les applaudissements n’étaient-ils pas un encouragement à la laisser grandir?

La première fois qu’elle fut assise à ma place, elle ne prêta plus aucune attention à mon âme, à mon désarroi encore si petit. ‘Tais-toi ! Espèce d’abruti ! Pleurer c’est pour les faibles ». Je séchai mes larmes, j’asséchai à grand coup de couteau toutes les effusions des tendres printemps. Un loup jouait désormais mon rôle à ma place. Ce qu’il sortait de mon piano, était-ce encore de la musique ou simplement quelques coups de marteaux supplémentaires sur le monde pour en faire taire les sens et les chemins qui poussent de travers ? L’ombre s’était tissée une toile toujours de plus en plus vaste et sourde. Lorsque mes partitions n’eurent presque plus de voies pour fuir au-delà des balises et que je me retournai, l’ombre avait presque tout rogné, elle avait ligoté mon passé, noyé mes souvenirs, tué mes amis. Seul, autour de moi, un étrange halo de lumière blanche me montrait le chemin de la révolte si longtemps déserté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s