Puzzle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La ville est la pièce

d’un puzzle qui flotte en moi

flots de sensations

d’apparitions étranges

mélanges de bruits et de silences

pages de solitudes

marécages de passants et de visages

la ville comme la voile d’un bateau

la ville en lambeaux

je ne la pense pas je la rêve

et il est tellement de continents de choses

qui au delà de moi

s’évaporent et se décomposent

sans que je n’ai vraiment l’envie

d’avoir sur eux une emprise

au fond de moi il y aurait un mur

un corbeau une pie ou

quelque volatile aux ailes noires et grises

 qui de son bec

éplucherait les secondes

tubercules pulvérulents du temps

Perspective

March 2014 bvde

March 2014 bvde

Aux sentiments s’apposent comme pour mieux les extirper de leurs silences, des couleurs. Aux bruits de la ville, mon histoire sans parole à peine soupçonnée se heurte. À la sensation de chaleur se joint celle de l’appartenance à un vide sans réponse, le flou, le trouble s’associent à la netteté et à la transparence pour me désarçonner. À la marche, la pause. À l’éternité, l’instant furtif. À la matière de l’objet s’oppose l’immatérialité d’un souhait, l’infime aspérité remplace la surface dans son entièreté.

March 2014 bvde

March 2014 bvde

À la ligne d’horizon se superpose la ligne d’écriture. Le trait de la pensée : une ombre. Entre les frontières du cadre se décide un paysage mental que la réalité vient parfois troubler par une nuance froide avant d’en dresser la carte ou d’en faire un tableau où les couleurs se mangent entre elles. Un cloître est imposé à la brume, une muraille barricade l’existence. Le rêve touche du bout de ses doigts l’infini pendant que la réalité le ronge.

March 2014 bvde

March 2014 bvde

Un pan de mur, une allée, un trottoir ne représentent qu’une parcelle de l’histoire secrète et informulable qui siège en moi. Une onde, une ride en simule les frontières improbables. Ce qui se dresse et forme un obstacle s’oppose à ce qui s’échappe et fuit de tout côtés, ce qui est observé se découvre. Au sommeil se superposent tous les sommets de montagnes jamais abordés et dont on ne connaît que depuis la vallée l’ombre projetée.

À l’aube se juxtapose l’hésitation temporaire du crépuscule, la certitude de l’hiver. Aux matières s’ajoutent les saveurs, aux saveurs les souvenirs. Ainsi s’établit un échafaudage qui à l’instar du cerf-volant s’empare du vent pour établir des constructions aléatoires. Ce qui est apparu soudainement existe depuis une petite éternité et colonise l’espace minuscule d’une vie comme s’il s’agissait d’une nausée nébuleuse.

À toutes vos menaces, vos mensonges, vos allégations s’opposent mes allégories fantasques et mes désobéissances. À l’ordre, le cri, à la morsure, l’eau pure.

Espace vert

Corsica, January 2014 Bertrand Vanden Elsacker

Corsica, January 2014
Bertrand Vanden Elsacker

En deçà de chaque regard, il y a un jardin comme ceux que l’on rencontre au cœur des péristyles. Il est censé réunir nos parts d’ombres en un seul endroit de lumière.

Mon jardin est minuscule. Sa croissance semble n’avoir qu’à peine commencé. Ma vie me fait l’effet d’un escargot, gluante et lente à progresser, elle laisse derrière elle des trainées de larmes desséchées. Pourtant, aussi petits que soient les végétaux, ils sont à la pointe de ce que l’on peut dessiner ou peindre. Ils jouissent de couleurs chatoyantes accordées comme les lyres et les harpes. Un vert croquant répond à une rose vaporeuse . Un violent violet côtoie les jaunes acidulés de citrons à peine mûrs.

Aux bruits des insectes et des autres animaux s’opposent les secondes de silence des choses inanimées. Les parfums ne cessent jamais d’élaborer de nouvelles perspectives à cette forme de liberté que sont l’imagination et la faculté d’éparpiller joyeusement ses souvenirs. Malgré le calme apparent, mon jardin miniature vit intensément. Le gravier y a la sagesse du rocher millénaire. Sa pertinence, il l’emprunte à la graine portée par les vents.

Corsica, January 2014 Bertrand Vanden Elsacker

Corsica, January 2014
Bertrand Vanden Elsacker

La blancheur nacrée des fleurs qui naissent et meurent partage le même l’élan vital avec la montagne alors qu’elle répandait sa lave comme un langage jusqu’à frôler les jupons salés de la mer. Quel coup de fouet de maître que ses sources fossilisées ! Elles reflètent sans varier des couleurs dont les noms sont depuis longtemps oubliés.

Mon jardin miniature n’est qu’une des ailes les plus sacrées d’un autre jardin ayant plus forte allure. Un jardin dont je ne mesure pas toutes les conséquences et qui échappe à toutes les formes de censures dictées par mon esprit et ma raison. Une route asphaltée noire et brûlante marque la fin de l’ombre, la fin des frissons frais qui chantent d’entre les roseaux effilés pour la danse et dressés pour le chant comme de petits oiseaux. Les lauriers roses se défont secrètement des poisons du soleil en guidant le plus loin possible leurs énormes racines , un muret remplit de failles sert de refuge aux lézards. L’air semble être le souffle ultime des légumes et des fruits ayant atteint ce moment de la vie où on les récolte et les garde à l’ombre, à moins que ce soit le cris d’une révolte.

Corsica, January 2014 Bertrand Vanden Elsacker

Corsica, January 2014
Bertrand Vanden Elsacker

Derrière le regard que je porte, derrière l’atmosphère azurée d’un astre aussi dense que les trous noirs, un univers miniature taillé dans le jade pour son opalescence et la sagesse qu’il inspire à ses protecteurs. Un jardin brodé avec patience dans l’acajou ou dans les étoffes qui imitent les rougeurs du jour quand il meurt. Comme il m’est de plus en plus difficile de faire porter à mon jardin le masque de mon visage et l’armure de mon corps.

Disoriented DIARY © Bertrand Vanden Elsacker