Lame

Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented
Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented

La feuille blanche de ton esprit, aussi légère qu’une spore, insaisissable te suit dans chacun de tes mouvements. Point de départ, envol, développement, issue, en combien de temps conçois-tu la symphonie qui ne me parle que de toi de détail en détail.

Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented
Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented

La feuille sur sa tranche la plus fine, ondule et module ton parcourt sans que tu puisses avec précision dire de quoi et à qui elle parle. Mais tous nous savons qu’elle évoque ta présence silencieuse et attentive, discrète et mystérieuse. Ton évaporation se décline en quelques notes colorées, en visions floues. Elle devrait se terminer par les certitudes dont ton existence s’acharne à questionner les ambivalences.

Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented
Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented

Comme un sépale révèle la fleur, la feuille propose une idée de toi. Elle accentue le détail, elle signale que tu n’es pas aussi absent qu’on le croit. À chaque instant, tu mesures sur le fil la beauté furtive des choses et des êtres vivants sans jamais la dégrader en humiliant.

Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented
Bertrand Vanden Elsacker via Disoriented

La feuille blanche se baigne dans un semi-rêve. Un rien suffirait à rétablir un lien avec la réalité. Construction géométrique parfaite, abstraction de l’absurde lourdeur, la lumière sur le faîte excelle à suspendre le temps. Subtilement, tu serpentes parmi les matières, les couleurs. Tous les airs de printemps que tu as dans la tête s’inscrivent comme un rêve dans la mémoire de la personne qui se réveille un instant.

2 commentaires sur “Lame

  1. A l’onglée liminaire
    L’œil du photographe
    Va de seuil en lisière

    Joli flottement de voile
    Dans un vague croisement
    De tiges et de tubercules

    Entre tissu et feuille de végétal
    Quelque liséré de verdeur pâle
    Borde une épaisseur de pellicule

    Linge mouvant suspendu à un fil
    Dans un souffle de vent
    Sur quelque terrasse d’arrière-cour
    Dans une ville blanche comme Oran

    Mais peut-être n’est-ce qu’un regard
    Objectif
    Sur une efflorescence vaporeuse de potager
    Qui fait paraître toute autre association d’idée
    Quelque peu pompeuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s