Sommeil

46209d316f3b6c0dffd7f6d86e42fb49

© Nan Goldin

La nuit mange
chacune des heures
où je ne trouve pas le sommeil

Le bovin digère
allongé sur la mer

chaque vague
reproduit le bruit
de la mâchoire
du ruminant

le chant des heures
fleuri par tant de secondes
immortelles
caresse l’échine
ou le cœur

calice où le sang
reproduit les battements
affolants du souvenir

au cœur toujours
il y a toi
ta voix
comme un pollen
que butinent les étoiles

Attention

La Dame à la Licorne, tapisserie, Musée de Cluny

Je veille sur ton sommeil

souffle de nourrisson qu’une à une les vagues

portent en elles comme une chanson

Je veille sur la voix que les étoiles lointaines sèment

dans un éternel mouvement d’ondulations

Je veille sur ton sommeil le plus profond

afin que personne ne confonde

tes rêves ces chevaux rares

avec le bruit de leurs sabots

Je veille sur les dix bourgeons de rose

que sont les bouts des tes dix doigts

Moussus ils laissent perler le lever du jour

sur le duvet vert de leur naissance.

Que m’importe qu’on dise qu’ainsi

on ne veille sur rien et que

finalement arrive ce que tous nous cherchons à éviter

Je veille aussi sur le moindre soupçon.