Métaphore

 Etsuko Nishi
Etsuko Nishi

Sur les sables qui mélangent leurs couleurs à la nuit, navigue une fleur comme un navire fantôme. Elle ne s’est trouvée aucun pays et aucune sœur ne porte son nom. Elle est comme l’oubli. Ses pétales lui servent de voiles, d’épée, de bouclier et puis d’aiguille à broder. Elle va sans gouvernail, elle se pose sans jeter l’ancre, sans apporter la récompense d’une réponse à tes questions.

Elle dépose parfois un ruban bleu foncé sur l’infini pour que tu puisses en distinguer l’aube et t’en forger une fébrile sensation, une image sourde. Limpide, elle ne cogite aucun mystère, n’abrite aucune peine, ne libère aucun mensonge.

Les parfums que la fleur abrite réveillent les voies ancestrales du souvenir et ouvrent celles du savoir, ils suscitent les plus abrupts désirs. La convoitise. On serait si fier de la montrer comme une étoile, comme un trophée.

Amas de poussières, nœud de lueurs, chant authentique et presque inaudible, noyée dans les confins de l’être humain, la fleur revient d’une terrible odyssée. La fleur, ses voyages et sa folie cristallisent à la crête des vagues d’incessants vertiges, des peurs tranchantes, des petits bouts de vies à vif. La nuit et ses mouvements obscures la réduiront en poudre, notre sommeil nous semblera comme toujours être sans détours, sans rêves. Pourtant un jour, la fleur, le navire toutes voiles dressées vers la nuée sortira d’un mirage.

Si tu oses regarder son sein, si tu écoutes ce chœur charlatan, tu sentiras en toi un présent qui explose alors que ton sang se glace.

Trot

search
Computer Animation, Graphic Design, Typography
Vyacheslav Novkov

°

Les mots te traversent comme les ruisseaux les forêts

Ils forment des colonies désordonnées de chuchotements

Ils miroitent comme si ils allaient disparaître tous les points du silence

Feuilles aiguilles bourgeons fleurs et fruits

racines et cimes s’abreuvent aux sources secrètes d’une seule lettre

poursuivent les serpents lumineux  décrivent de fulgurantes constellations de sons

Pour former un sens les mots en prennent plusieurs

pour construire une phrase ils se laissent couler par hasard

érodant les roches d’un chemin

polissant le temps

oubliant l’espace un instant

Pour forger un mot tes sens doivent accepter le trot régulier et monocorde d’une signification

une seule que tu serais obligé de choisir

pour être compris

Il n’est rien qui puisse définir le froissement des étoffes limpides

qui envahissent tes vaisseaux à chaque fois que tu poses un pas.