Fléchir

©Bertrand Els

Tu tisses

Et puis te drapes de couleurs 

Qui en soies s’évaporent 

Il ne reste de toi que l’essentiel 

Sans nom 

©Bertrand Els

De la forêt dont est fait ton esprit

Galope d’essences en essences 

L’individuelle beauté

Invisible à l’œil fardé

L’oiseau de roche échappé de l’écume 

D’une vague

Frôle des ailes la canopée mentholée 

Tu files

Tombeaux

Paper Hummingbird by Cheong-an Hwang

L’oiseau blessé de ton enfance dort dans la dune face à la mer.

La dune à la chevelure hirsute regarde vague après vague le temps se défaire de son importance.

Quand les nuages comme un troupeau aveugle broutent l’écume, l’oiseau a envie d’étendre les ailes.

L’écume chatouille la plage qui rit et s’encourt comme une petite fille.

Le vent pousse les vagues à creuser des tombeaux pour les navires et pour les songes.

L’oiseau parfois se croit fait de sable quand le soleil avant de se coucher le disperse dans le ciel comme un pigment.

Il n’y a que toi pour savoir que ce qu’il te reste de cet oiseau meurtri ne sont que quelques plumes

blanches bercées par les bleus inouïs des marées.