Tapie

le tapis sur lequel je pose

les pieds mais rien que la pointe

est issu de l’un de vos ateliers

celui où vous établissez des règles

tendez des pièges tissez la liberté

et laissez filer l’air

je me déplace comme les dunes

par coulées de sable

par envolées poudreuses

et jamais je ne mords

la poussière

****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s