Insondé

Deux ailes et deux nageoires dorsales
pour l’étamine

pour fendre la lumière et partager le souffle d’un remous

Enrubanné le parfum de la fleur et son mystère

le jaune l’or le vert comme un nouveau-né dissipent le temps

le blanc évapore la lumière

la nuit on ne voit plus que lui le pétale

reproduit autant de fois que l’écho de la voix 

qui crie aux abords du puit insondé 

Es-tu encore là

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.