Champs de plumes

Debout sur le dos de la colline

quelques indiens et leurs chevaux

des champs de plumes et de cris

dévalent les pentes et avalent au passage

des morceaux de ciel des bribes de soleil

ailes ouvertes filtrant la lumière le milan

les moléculaires moucherons les fils des épeires

En mer d’écueil en écueil les vagues évitent la mort

et moi tous les mots qui font peur

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.