Jardin mer et vent

Le Manuscrit Bihbahan (Fars, 1398)–(musée d’art turc et islamique d’Istanbul, n°1950)

Ce n’est pas un galet que le soleil arrose
ni une rose transmutée en pierre qui parviendrait encore à balancer la tête
d’avant en arrière
c’est un oiseau qui se pose sur le rocher
le plus éloigné du jardin
son regard tourmenté et noir
ne va pas vers la mer
c’est le ciel qu’il regarde
miroiter dans une flaque
il aimerait s’abreuver et
comme la pointe effilée d’un calame
tremper son bec dans cet encrier
ce qu’il a à écrire il le crie à la cime
du cyprès
sa chanson rappelle la douceur
du lichen qui passe
du noir au gris du bleu au vert
attendri par la pluie
son chant appelle
les nuages
à poursuivre plus loin
leurs longues promenades

Un commentaire sur “Jardin mer et vent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s