Ombres

Georges Braque France 1882-1963 « Oiseaux »

J’ai cru que c’était la mer qui me parlait. Les vagues comme les lèvres d’une infinité de bouches pleines de questions sans réponse. J’ai pensé que c’était le vent s’échappant comme un soupir lorsqu’il se heurte à une quelconque rive. Mais ce n’était que le tamaris dont les branches, les feuilles et les fleurs s’ébrouaient. Le gigantesque oiseau lissait ses plumes roses, quelques branches grinçaient. Voilà un arbre qui ne se prend pas pour une chose végétale!

Je me suis assis sur le muret, je guettais l’envol, je regardais comment l’arbre construisait son nid de brindilles solaires. Quelle extravagance dans chacun de ses gestes, bientôt il serait goéland ou l’un de ces flamands roses qui se déposent à la manière des nuages dans le ciel lorsque le soleil va dormir dans la mer.

 

2 commentaires sur “Ombres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s