Frondaison

Bertrand Vanden Elsacker

J’ai mis le feu à une fontaine d’où s’écoulaient

des feuilles d’un vert aussi profond qu’un lac tendre.

Leurs nervures s’écartaient dans tous les sens comme celles des étoiles.

 

J’ai mis le doigt sur l’ombre et l’ai portée au plein jour.

Elle était blanche, pure, éclatante et plus bavarde

qu’un ciel rempli d’oiseaux.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s