Watts Towers

Pour toucher le ciel

du bout des doigts,

pour l’atteindre et le goûter de ma langue,

j’ai inventé ces lignes comme des chemins,

vers sortant de la terre,

ils se nouent au contact de l’air.

Se tordent, s’arquent, encerclent quelques partitions du vide.

Parfois, il ne reste plus au dessus de ma tête que l’échafaudage tordu de mes idées,

les nuages griffonnés par mon absurde volonté, ma peur lacérée et presque devenue froide.

Parfois, il ne me reste plus que les bras las et lourds,

pendus le long de leur potence,

mon incapacité à surmonter l’étreinte toujours de plus en plus serrée

de mon infirmité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s