L’érable lisse du Japon

Dans la cour intérieure se défait de ses feuilles les plus rougeoyantes

Il pleure ou je pleure 

Difficile à dire 

Quelle est celle qui tremble sur ce lit si blanc 

Ma sœur 

Et son cœur qui se noie dans son propre galop affolé 

Le souffle court et le soupir si long

La main qui demande la parole mais ne peut plus la prendre 

L’esprit qui espère un répit 

Mais rien n’est accordé 

Aucun instrument ne chante 

juste

ma soeur

à la frange de l’enfer

les poumons en fleur se fanent

le corps devenu poreux tente le geste

toujours le même pour se défaire du respirateur

ou saluer à la manière des colombes

l’esprit bout d’une nième tempête 

Rimbaud rêveur va loin, bien loin.