Fugue

Parmi les petites ombres qui dansent comme des flammes

quelques sonorités réduites en cendres
quelques mots halos imprimés sur la rétine
persistent

Plus loin
quelque part sur l’écorce d’un pin 

une cigale redistribue au goutte à goutte l’azur évaporé

Loin, très loin le vrombissement de la guêpe s’interrompt
le temps infime
de prendre soin de l’autre qui assurément partage le même nid

La montagne ouvre sa gueule 

le félin baille

le nuage qui frôlait la vague

a disparu 

mon regard ne se souvient que de brûlures

le rythme de mon coeur s’accorde à celui d’un incendie

dont tout le monde dit que c’est un désastre

indifférent l’arbre qui ne peut fuir

la glycine qui a choisi malgré des milliers d’années d’évolutions de ne jamais apprendre à voler tout en maitrisant l’art parfait de la légèreté 

?