Crissement

Tu attends 

Avec une nervosité d’insecte

La pluie et quand arrive en gare 

Le train de midi tu crois 

Que c’est lui l’orage 

Tant de fantômes se sont jetés 

Sous ses roues 

À chacun de ses freinages grinçant

Ce sont leurs cris et le désespoir que 

Tu entends 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.