Cervidés

La nuit tombe
Les buissons les arbres ressemblent de plus en plus à leur ombre
mais le chemin continue parmi les mousses les herbes la bruine et le silence
soudain à l’orée d’un bois on voit un cerf immobile et son regard luire
près de lui le troupeau
le chemin poursuit sans se détourner en s’émoussant
–avoir croisé un cervidé–
rien n’a provoqué sa fuite la peur pourtant va par les chemins de nuit aussi se promener dans la lande

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.