Ecritures

Léon Ferrari

Déplaçant les grosses roches
De la montagne
Le vent
Venu de la mer

Les vagues se cabrent
Mais la nuit n’en parle
Qu’au travers de ma peur

A pas lourdement posés
Sur la terre
Le monstre avance

Tremble comme l’eau 
Soumisse à l’effritement d’elle-même
La boule de laine 
Qui me sert de voix
Elle n’a point peur —dit-elle —
Elle dresse entre les rêves et leurs réalités
De pénibles filets et des dentelles

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.