Natrix Natrix

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les feuilles du soleil
les aiguilles du pin
et sur le sol les tortues endormies
non loin d’elles
dans le frais figuier
une couleuvre à collier
enlace les branches les plus juvéniles
sa longueur aurait de quoi me surprendre
Ne plus faire un pas et pas
le moindre bruit
tout cela ne tient qu’au seul et même fil
invisible et fragile
infatigable mon esprit mémorise
avec l’espoir de cueillir et recueillir à l’infini
ce qui finalement n’est destiné qu’à mourir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s