Couleur

d9217722e0ab18d5270ca63ae09e07d0

 

Le basilic, l’origan et son plumage verdoyant.
La terre a bu de la brume et se croit légère.
Une perle de jais vous donne un regard minéral
des choses, vous vous étiez lié au figuier.

Déjà le soleil. Déjà son empreinte chaude et silencieuse.
Déjà, le jour se propage comme une onde dont votre
corps se fait l’écho.
Une main, celle du vent probablement s’approche des feuillages.
L’automne, déjà, vous fait peur surtout lorsqu’il s’adresse directement à votre cœur.
Vous choisissez la fugue, un bruit de flûte pour disparaître provisoirement.
Vite, vif, vivre, vous n’êtes point de ces vipères qui mordent et vendent leurs venins.
Vous êtes la couleuvre,
vous vous écoulez comme la couleur du pinceau qui sert un poète.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s