Eucalyptus

bd42d64ddab7c8453e3f683afd0a7615
Solar Eruption and a Flare, May 2010

Dans le maquis     il y a toujours cet olivier qui quand le vent vient     ressemble à une source
Ses feuilles s’écoulent     comme les ondes vertes des fontaines en gloussant
Peut-être que quelque part     sous ses pieds
Loin entre les racines         venu de la colline         vit un ruisseau
Dans la forêt de pins     les eucalyptus servent de lisière
ils n’embaument pas que l’ombre
le soleil         emporte quelques vagues senteurs
au large
je ne sais plus très bien si         l’écho est celui qui provient
de l’écume contre les rochers
ou         des écorces qui tombent en lambeaux des troncs
sur les sols recouverts d’aiguilles et de vieilles souches
mentalement     entre ces univers     il existe un ruban odorant et phosphorescent
ou         naissent et grandissent     les aurores
parfois je suis étonnée         d’apprendre que la frontière n’existe que pour moi
que tout est incroyablement simplifié unifié par une croyance
une théorie universellement reconnue
parfois je prends conscience du poids d’un poème
sa voix est inouïe
elle a ce goût mentholé qui ouvre
l’espoir en même temps qu’il découvre         l’immense territoire
de la solitude.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s