Déferlement

William Turner
William Turner

Le vent vient de cet endroit du ciel qui enferme

les vagues

en ouvrant le portail

il a libéré les troupeaux d’écume  sauvage

Vague après vague

le monde frémit

la houle a regagné la faculté

d’explorer ses frontières d’embrun iodé

chaque vibration aimerait recevoir le prénom

coloré de la chanson

qui l’a mise au monde

chaque onde n’en finit pas de remodeler

les secondes

le vent gave le coeur des fleurs

circule sur les nervures des feuilles comme sur les allées de graviers

et fait peur

lorsqu’il aborde le vague à l’âme

le chaos énoncé dans les graines à naître

 

Un commentaire sur “Déferlement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s