Vortex

16 Clouds Series – Above Man (16 photos) kwesiabbensetts@gmail.com

 

Dans le ciel les nuages nouent de tumultueuses alliances

Dans le ciel un bouillonnement originel

le tourbillon dont par ta naissance tu es sorti est

un puits où tu ne trouveras aucune réponse aux questions que pose la vie à ta conscience

l’œil du cyclone

chœur du chaos

te sonde comme s’il était ton âme éclairée

il mesure l’ampleur de tes actes      l’exactitude de tes pensées             invente une logique

il est une colère

un élément naturel incontrôlable

une ruade du temps

Dans les moiteurs nuageuses s’offre à tes fantasmes

le sexe fougueux d’une tempête

une entrave

un interdit

les portes de l’enfer ou celles du paradis

Tu défies tes propres démons et transperce d’un nom ton dragon

mais

cela suffira-t-il à donner à l’existence une consistance

 

 

 

Un commentaire sur “Vortex

  1. « chœur du chaos

    te sonde comme s’il était ton âme éclairée »

    C’est le propre d’un vortex que d’être à la fois chaotique et organisateur. Cet oeil du cyclone impose la tyrannie de sa logique paradoxale dans de ténébreuses illuminations comme l’arc-en-ciel traversant le maelstrom de Poe ou la lune se reflétant sur la noirceur de jais de ses parois d’entonnoir. Coïncidence des contraires.

    De « tumultueuses alliances » se nouent déjà dans la dissociation nuageuse qui s’organise en tourbillon. C’est fort bien vu et et bien dit Lievenn.

    C’est un peu la voix du Père qui tonne dans l’utérus au travail muet. Alors de ce Verbe et de ce Mutisme naît le Mugissement de la tempête.

    « Bouillonnement originel, matrice ». Je n’ai rien lu de Walter Benjamin hormis cette phrase étonnante: « l’origine est un tourbillon dans le fleuve du devenir » qui le ferait remonter à sa source, non sans être en même temps le moteur de sa ruée (souvent alanguie, les fleuves étant paresseux autant que les ruisseaux sont vifs et capricieux) en aval.

    Le tourbillon n’est pas l’origine sinon en la projetant dans l’avenir; il ne se forme pas à l’origine, mais dans la rencontre conflictuelle du courant du temps avec sa destination toujours fuyante qui voudrait se fixer dans l’origine.

    Le tourbillon est formé par la rencontre de deux courants contraires. Et il contient alors une forme de vide provoqué par deux pleins en mouvement. Le tourbillon peut-être formé par un vide aspirant (comme quand on retire la bonde) et il contient alors un vide et un plein en mouvement, bien que le vide n’existant pas à proprement parler, il ne peut être en mouvement.

    Et même le dragon s’en mêle dans votre poème… transpercé par le nom qui jaillit de la lance comme comme d’un éclair dans le tonnerre du cyclone et qui le nomme l’innommable.

    Bonne et agréable lecture cc. Cela devrait paraître dans Traversées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s