Vainement

Lyndie Dourth

 

J’aurais aimé que tu me réserves un espace

comme une goutte de lait

pas plus grand qu’une de tes larmes de joie.

Un endroit minuscule où tu me respecterais

comme l’un de tes rêves.

Un moment du passé qui te resterait éternellement présent

comme un tendre baiser.

Mais hélas, je sais depuis peu après l’avoir longtemps cherché

qu’il n’existe en toi rien de semblable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s