Estimée

Yoshimoto Yumiko

Yoshimoto Yumiko

Le temps s’est arrêté sur tes lèvres. Il a décidé de ne pas aller au delà de ta voix.

À elle seule, elle comprend le soleil et la mer Méditerranée quand elle est turquoise,

quand elle est d’un bleu presque noir.

Ailleurs, rien ne semble plus avoir d’existence

c’est comme si les souvenirs devenaient saouls,

les jours mous, les nuits floues.

Comme le monde est désormais désuet et ridé d’inutilités.

Tu modules l’air libre pour que l’avenir soit : félin infiniment féminin

déposant partout ses traces de silence.

2 commentaires sur « Estimée »

  1. J’aime tout dans ce poème excepté un « plus » qui me semble en trop
    Ailleurs, rien ne semble plus avoir d’existence :
    ne serait-ce pas assez clair ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s